Fédérales 2019

10 novembre 2019 05:45; Act: 10.11.2019 10:33 Print

3 cantons élisent leurs conseillers aux États

Les citoyens de Fribourg, Genève et Vaud sont appelés aux urnes pour le second tour des élections fédérales.

storybild

Des affiches des candidats au Conseil des États du PLR Olivier Francais, du Parti Socialiste PS Ada Marra et des Verts Adele Thorens Goumaz en vue du deuxième tour des élections fédérales dans le canton de Vaud. (Photo: Keystone)

Une faute?

Pas moins de trois cantons romands (Fribourg, Genève et Vaud) décident dimanche quels représentants ils veulent envoyer à Berne au Conseil des États. Le suspense est de mise, en tout cas à Fribourg et Vaud.

Dans le canton de Fribourg, l'élection est assez ouverte. Si les sortants Christian Levrat (PS), surtout, et Beat Vonlanthen (PDC), partent favoris, la PLR Johanna Gapany entend jouer les trouble-fête. Le PLR a décidé, à l'unanimité de son comité directeur, de maintenir sa candidate âgée de 31 ans, arrivée troisième du 1er tour. Ce sera l'expérience du duo sortant contre la jeunesse.

Si Johanna Gapany venait à figurer dans le duo vainqueur, elle serait la première femme à siéger au Conseil des États pour le canton de Fribourg. La Chambre des cantons est jusqu'ici restée un bastion masculin. Peut-être la Gruérienne profitera-t-elle aussi du vent favorable qui a soufflé en faveur des femmes le 20 octobre.

Règne rose-vert à Genève

A Genève, la droite aura bien du mal à mettre fin à douze ans de règne rose-vert sans partage au Conseil des États. Divisée, elle affronte une gauche unie, gonflée à bloc après un premier tour prometteur.

La Verte Lisa Mazzone et le socialiste Carlo Sommaruga sont arrivés en tête le 20 octobre. Le duo devance de loin les candidats de droite Hugues Hiltpold (PLR), 3e, Béatrice Hirsch (PDC), 4e, et Céline Amaudruz (UDC), arrivée en 5e position.

Alors que Lisa Mazzone et Carlo Sommaruga ont reçu le soutien de la gauche de la gauche, les candidats du PLR et du PDC doivent se passer de celui de l'UDC, qui, faute de perspectives d'alliance avec le reste de la droite, a décidé de partir seule dans la bagarre avec Céline Amaudruz.

Suspense vaudois

Dans le canton de Vaud, le suspense est de mise. Arrivées en tête le 20 octobre, la Verte Adèle Thorens et la socialiste Ada Marra tentent de résister à un retour du PLR d'Olivier Français.

Le conseiller aux États sortant s'est placé en troisième position (29,23%) à l'issue du premier tour, derrière le ticket de gauche composé d'Adèle Thorens (39,90%) et d'Ada Marra (39,66%). Olivier Français s'était déjà retrouvé dans cette situation lors des précédentes élections fédérales de 2015, ce qui ne l'avait pas empêché de refaire son retard au deuxième tour et, à la surprise générale, d'évincer Luc Recordon.

Si Ada Marra et Adèle Thorens l'emportent dimanche, le canton de Vaud serait pour la première fois représenté par deux femmes à la Chambre des cantons. Il retrouverait un duo rose-vert au Conseil des États, comme cela avait été le cas de 2007 à 2015 avec Géraldine Savary et Luc Recordon. Pour Olivier Français, cela marquerait la fin d'une carrière: l'ingénieur de 64 ans a affirmé, au soir du 20 octobre, qu'il quitterait la politique en cas de non-réélection.

(nxp/ats)