Suisse

30 septembre 2018 06:34; Act: 30.09.2018 11:05 Print

48% des Suisses opposés à un accord-cadre avec l'UE

Près de la moitié des Suisses sont contre la conclusion d'un accord institutionnel avec l'Union européenne, selon un sondage de Tamedia.

storybild

43% des Suisses soutiennent la conclusion d'un accord institutionnel avec l'Union européenne. (Photo: Keystone)

Une faute?

Selon un sondage de Tamedia, 48% des Suisses sont contre la conclusion d'un accord institutionnel avec l'Union européenne et 43% soutiennent la démarche. Le mécontentement envers le Conseil fédéral et le Parlement est en hausse.

Le scepticisme face à la politique européenne du gouvernement gagne du terrain: si 52% des personnes interrogées pensent toujours qu'il faut maintenir l'accord de libre circulation avec l'UE, 44% se disent en revanche prêtes à rompre les ponts, soit 4% de plus qu'il y a trois mois. Tels sont les résultats du 3e sondage en vue des élections fédérales de 2019 publié dimanche par Tamedia.

Mécontents

Le taux de satisfaction avec le gouvernement et le Parlement est en baisse, une tendance observée depuis juin. Plus qu'un Suisse sur quatre est content du travail du Conseil fédéral et des Chambres fédérales. Pour le Parlement, le taux a baissé de 45 à 41%, pour le gouvernement de 46 à 39%.

La plus grande préoccupation des Suisses reste la hausse continuelle des coûts de la santé, citée par 66% des sondés; 57% se soucient de leur rente à la retraite. Troisième thème cité, la migration, suivie en 4e position des relations avec l'UE. Les personnes interrogées pouvaient choisir entre 19 «problèmes».

Stabilité

A treize mois des prochaines élections fédérales, le paysage politique suisse est stable. Si le scrutin s'était tenu le week-end dernier, l'UDC obtiendrait 29,7% des voix (+0,3), le PS 17,9% (-0,9), le PLR 17% (+0,6), le PDC 9,9% (-1,6), les Verts restent à 7,1%, les Vert'libéraux se situent à 5,7% (+1,1) et le PBD à 4% (-0,1).

Le sondage a été effectué les 24 et 25 septembre en ligne dans les trois régions linguistiques auprès de 19'412 personnes. La marge d'erreur est de 1,3%.

(nxp/ats)