Canton de Berne

14 mai 2019 08:48; Act: 14.05.2019 13:21 Print

À Belp, c'était une guerre de motards

par Pascal Schmuck, Zurich - La bagarre de samedi est la conséquence d'une rivalité entre deux gangs de motards. Plus inquiétant, des membres de clubs étrangers sont venus prêter main-forte.

storybild

Les forces de l'ordre ont dû intervenir samedi à Belp. (Photo: Lecteur reporter)

Sur ce sujet
Une faute?

De nouveaux éléments dessinent le contour de la violente bagarre qui a mis aux prises des dizaines de motards samedi soir à Belp (BE). «Il n'y a jamais eu d'événements de cette ampleur ces dernières années», s'inquiète Jolanda Egger, porte-parole de la police cantonale bernoise.

Les forces de l'ordre ne veulent pas dire quels gangs de motards étaient impliqués, mais des témoins ont rapporté à «20 Minuten» qu'il s'agissait surtout de Hells Angels et de Broncos, un groupe bernois affilié aux Bandidos. Les seconds voulaient en effet ouvrir une antenne, ou un Chapter (chapitre) dans le jargon des motards, ce qui n'a pas plu aux premiers.

Bordel et motel

Les Broncos sont passés outre aux avertissements des «Anges de l'Enfer». Ces derniers y étaient d'autant plus opposés que selon le milieu, le bordel à côté du motel où les Broncos voulaient ouvrir leur club est contrôlé par les Hells Angels. Selon des témoins qui ont parlé à «Blick», des membres de Bandidos venus d'Allemagne et de Grèce ont prêté main-forte à leur club en Suisse.

Ces renforts ont surpris les Hells Angels, dont un des membres a été blessé au ventre par un coup de feu tiré par un Bandidos grec. La police a également saisi une voiture qui a été recouverte de papier d'aluminium, pratique courante pour couvrir les trous de balle, selon un service de remorquage bernois.

Ce véhicule était griffé sur son parebrise avec les lettres BFFB, une abréviation qui signifie «Bandidos forever, forever Bandidos». Un signe également utilisé par les Broncos, reconnaît leur ancien patron, Jimy Hofer. Ce dernier connaît aussi certaines personnes impliquées dans la bagarre de samedi soir. «Je suppose que je vais devoir clarifier ce qu'ils voulaient là-bas», a-t-il déclaré à «Blick».

(nxp)