Congrès des Suisses à l'étranger

17 août 2019 16:26; Act: 17.08.2019 22:55 Print

A Montreux, Ignazio Cassis tourne son regard vers l'avenir

Pour le conseiller fédéral, la thématique de ce 97e congrès, à savoir «Quel monde pour demain?» nous occupe tous.

storybild

Le conseiller fédéral a tenu à souligner que rôle de l'Etat est de créer les meilleures conditions-cadre. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

C'est un discours tourné vers l'avenir que le conseiller fédéral Ignazio Cassis a tenu samedi aux Suisses de l'étranger réunis en congrès à Montreux (VD). Le ministre a souligné la bonne réputation dont la Suisse jouit à l'étranger.

Pour Ignazio Cassis, la thématique de ce 97e congrès, à savoir «Quel monde pour demain?» est exigeante et nous occupe tous. «Vous vous interrogez sur les défis du futur et comment y faire face au mieux. Exactement les mêmes questions que je me suis posées une fois ministre des affaires étrangères. Où nous mène le voyage de la Suisse?», a lâché le Tessinois devant environ 400 personnes.

Valeurs d'engagement pour la démocratie

L'occasion de rappeler qu'un groupe de travail composé de responsables du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) et des cantons, ainsi que d'experts des milieux scientifiques, économiques et de la société civile a récemment publié son rapport sur le rôle de la Suisse dans le monde dans les dix années à venir.

Le texte, qui se veut une vision, souligne que la politique extérieure de la Suisse doit reposer sur des valeurs d'engagement pour la démocratie et l'état de droit, de dialogue, de culture du compromis, pour les droits de l'homme et l'égalité. Liée à la politique intérieure, elle collaborera étroitement avec l'économie suisse.

Bonne image

A l'étranger, la Suisse a une bonne image, a poursuivi le ministre listant sa capacité de dialogue, ses bons offices ou sa stabilité. Et que nous soyons dans une passe difficile avec notre principal partenaire, l'Union européenne, n'y change rien, a-t-il poursuivi. Il est aussi revenu sur un sujet qui fâche les Suisses de l'étranger: les relations bancaires, et plus précisément les frais de gestion des comptes qu'ils jugent trop élevés en comparaison à ceux pratiqués pour les Suisses de l'intérieur.

Le conseiller fédéral a tenu à souligner que le rôle de l'Etat est de créer les meilleures conditions-cadre. Reste que «l'offre de services bancaires demeure une tâche du secteur privé», a maintenu Ignazio Cassis.

Quant à la proposition de l'Organisation des Suisses de l'étranger d'un mémorial ou de plaque pour les victimes suisses de l'holocauste, Ignazio Cassis a ajouté que le gouvernement «reconnaît l'importance de sensibiliser les jeunes générations» et est disposé à soutenir cette proposition.

Manifeste électoral

La veille, le Conseil des Suisses de l'étranger a par ailleurs adopté deux résolutions. L'une réclame la mise en place d'un système sûr de vote électronique pour les fédérales de 2023, un sujet qui aura été maintes fois abordé durant ces deux jours, la seconde fait part de la préoccupation de la cinquième Suisse s'agissant des relations avec l'Union européenne.

A l'approche des élections fédérales, les délégués ont également voté un manifeste électoral. Le programme comporte huit points dont certains évoqués déjà plus haut: permettre l'exercice des droits politiques depuis l?étranger, le maintien et l'établissement de relations bancaires sans discrimination, assurer la mobilité internationale des Suisses, maintenir un encadrement consulaire adéquat, développer le réseau d'écoles suisses à l'étranger, renforcer la présence internationale de la Suisse. Mais aussi améliorer la représentativité du Conseil des Suisses de l'étranger et développer la communication de la cinquième Suisse.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Legros le 17.08.2019 17:16 Report dénoncer ce commentaire

    Quel bla-bla ...

    Du vrai bla-bla de politicien. Par contre les sujets concernant les Suisses: l'immigration débordante, la criminalité et l'insécurité, les primes d'assurance maladie exorbitantes, le bétonnage du pays, les loyers abusifs, le chômage causé par les frontaliers, ... rien de cela le préoccupe.

  • Cochon de payeur le 17.08.2019 18:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Suisses de l'étranger: et à l'intérieur???

    Et si, avec ses collègues au pouvoir, il regardait un peu à l'intérieur et s'occupait du souci des retraités et futurs retraités en Suisse? Parce que, personnellement, depuis que je travaille, paie mes impôts sans discontinuer, etc... l'éventuel capital de retraite sur lequel je pourrai éventuellement compter si j'arrive une fois à la retraite, a déjà diminué de 28%, sans que je n'aie rien demandé. Alors, M. le Conseiller Fédéral, merci d'avoir également un regard bienveillant envers vos citoyens, qui vivent dans le pays et soutiennent largement son Économie!

  • les Suisses rayés de la carte le 17.08.2019 18:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bien joué la gauche

    Un binational de plus venu piller notre pays et s'en foutre plein les poches façon Maudet, Mara, Ruiz, Lumengo et tous les autres soutenus par la gauche PLR compris. Et les Suisses sont écartés, au social après la fin de droit

Les derniers commentaires

  • Jean-Marc Cousin, Yverdon. le 18.08.2019 18:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Monsieur Cassis...

    Pour être certain de bien faire de la politique, au lieu de vous tourner vers le lendemain (Et de vous planter deux fois sur trois). Tournez vous vers vos citoyens et ouvrez grandes vos oreilles (qui n'entendent que ce qu'elle a veulent bien entendre). La population n'a que faire de ce qu'il y aura dans 4-5 ans... Ce que beaucoup désirent c'est de pouvoir vivre et s'en sortir aujourd'hui. Et comme pour l'ensemble du Conseil Fédéral, je vous en prie ne nous prenez pas pour ce que nous ne sommes pas.

  • Zorgl le 18.08.2019 15:53 Report dénoncer ce commentaire

    Pas perdu pour tout le monde

    Non, votre capital n' a pas diminué de 28%, il a été ponctionné par la mafia qui dirige ce pays: les banques et les assurances. Le plus gros hold-up de l' histoire: 3500 milliards ponctionnés sur le salaire du peuple pour engraisser les copains qui ont utilisé ce fric pour loger les moutons tondus dans des box à lapins pour 3000 balles par mois.

  • Politique le 18.08.2019 15:52 Report dénoncer ce commentaire

    de l'autruche.

    j'aimerais tellement que la deutsche bank ferme. Pour vous montrer les vrais problèmes désastreux qui nous attendent. Et le pire dans tout ça, aucune résilience collective.

  • Zorgl le 18.08.2019 15:48 Report dénoncer ce commentaire

    Et pour les Suisses de l' Intérieur?

    Quel beau programme socialiste, avec une louche de repentance.

  • Jean F. le 18.08.2019 15:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Parlons franchement

    La pricipale préoccupation des Suisses n'est pas l'image. Ils veulent pouvoir manger, se loger, se sentir dans leur pays et pas au bled, être en sécurité partout sur leur territoire et vivre avec des gens qui leurs ressemblent physiquement et culturellement. C'est pas compliqué non??? Ensuite l'image suivera...