Aide sociale

13 février 2011 09:47; Act: 13.02.2011 09:54 Print

A l’assistance avec une maturité

Plus de 500 jeunes entre 18 et 25 ans sont inscrits à l’assistance sociale en Suisse bien qu’ils possèdent une maturité. Le canton de Neuchâtel détient la palme.

storybild

Dans la grande majorité des cas, les anciens gymnasiens inscrits au chômage ont interrompu leurs études universitaires.

Une faute?

On savait que près de 30 000 jeunes entre 18 et 25 ans bénéficient de l’aide sociale en Suisse. Pour expliquer ce phénomène inquiétant, les spécialistes avancent l’argument du manque de qualifications et de formation de cette catégorie de laissés pour compte.

Une étude bernoise révèle cependant que plusieurs centaines d’anciens gymnasiens, détenteurs d’une maturité, profitent de l’aide étatique à la fin de leurs études gymnasiales et bénéficient de l’assistance sociale.

Plus de 500 jeunes bien formés

En 2006, on dénombrait 545 cas de jeunes entre 18 et 25 ans qui étaient inscrits aux services sociaux malgré le fait qu’ils étaient en possession d’une maturité. Des 18 160 jeunes assistés de cette catégorie d’âge en Suisse, 3% avaient achevé leur scolarité post-obligatoire avec une maturité en poche.

Le canton de Neuchâtel vient largement en tête

Le canton de Neuchâtel vient en tête avec 9% des assistés ayant achevé avec succès le gymnase. A Bâle-Ville, ils sont 6%. Des données pour les cantons de Genève, Vaud et Jura n’existent pas, en raison d’un manque de données, explique «Der Sonntag».
Selon Walter Schmid, président de la Conférence suisse des institutions d’action sociale, le phénomène des jeunes adultes qualifiés mais dépendant de l’aide sociale est dû, en grande partie, aux étudiants qui interrompent leurs études universitaires. D’autres profitent d’une sorte d’«année sabbatique» aux frais de la princesse avant de se lancer dans la poursuite de leurs études.

La nouvelle loi sur le chômage aura de graves conséquences

Le nombre des jeunes entre 18 et 25 ans risque d’augmenter fortement à la fin du mois de mars lorsque les nouvelles règles de l’assurance chômage entreront en vigueur. Sur les 16 000 personnes en Suisse qui ne toucheront plus d’allocations chômage, 6400 jeunes, c’est-à-dire plus d’un tiers, risquent de se retrouver du jour au lendemain à l’aide sociale.

(rga)