Suisse

27 juin 2018 15:51; Act: 27.06.2018 19:01 Print

Licenciements à l'ATS: les plus de 60 ans réintégrés

Un accord a été trouvé entre l'Agence télégraphique suisse et son personnel. De meilleures conditions sont offertes.

Sur ce sujet
Une faute?

Soulagement pour les employés de l'ATS de plus de 60 ans: ils conserveront leur emploi. C'est l'une des revendications de la rédaction qui figurent dans la proposition de l'Office fédéral de conciliation, signée mercredi. Mais de nombreux défis subsistent, avertit la rédaction.

Les employés de plus de 60 ans qui ont été licenciés ou qui risquaient de l'être recevront une offre de réengagement aux mêmes conditions. Ces personnes ne pourront par ailleurs pas être licenciées pour des motifs économiques ou structurels avant l'âge régulier de la retraite, indique le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) dans un communiqué.

Les personnes concernées peuvent refuser d'être réengagées. Elles bénéficieront alors des prestations prévues par le plan social, qui a été amélioré.

«Relativement bon»

Tous les employés touchés par la restructuration se verront ainsi octroyer un mois de salaire supplémentaire. Un fonds doté de 100'000 francs a été instauré pour les cas de rigueur. De plus, les employés qui ont dû baisser leur taux d'occupation ainsi que les stagiaires auront la priorité sur les éventuels postes vacants.

Le combat en a valu la peine, a estimé Sebastian Gänger, de la commission de rédaction. Et d'ajouter qu'un tel accord aurait pu être trouvé plus tôt, un avis partagé par Michael Burkard d'impressum. Ce dernier, de même que Stephanie Vonarburg de Syndicom jugent que l'accord conclu est «relativement bon». Les membres de la commission du personnel ont aussi tenu à rappeler que depuis le début du conflit, l'agence de presse a subi 25 départs volontaires, principalement au sein de la rédaction.

Prendre part aux décisions Si le soulagement pour leurs collègues les plus âgés prévalait, les représentants de la rédaction ont toutefois souligné que tout n'était pas fini. Selon eux, cet accord marque la fin d'un chapitre, mais de nombreux défis subsistent. La réorganisation en cours en est un.

Ainsi, dans une résolution adressée à la direction, la rédaction exige que la future commission de rédaction de Keystone-ATS ait au minimum les mêmes droits que la commission actuelle. La rédaction demande en outre d'être représentée au conseil d'administration et intégrée aux prises de décision.

Service public La rédaction rappelle également son rôle de prestataire de service public. «Avec son service de base, elle remplit une mission de politique institutionnelle en contribuant à la formation démocratique de l'opinion publique et en favorisant la transmission d'informations entre les régions linguistiques du pays», écrit-elle dans la résolution. La rédaction demande donc que ce principe soit ancré dans les statuts rédactionnels.

(nxp/ats)