Belp (BE)

18 février 2020 16:48; Act: 19.02.2020 07:02 Print

L'accident mortel de trampoline dû à la fatalité

Après l'accident qui a coûté la vie à une adolescente, l'exploitant de la salle de trampoline à Belp (BE) n'a relevé aucun dysfonctionnement.

storybild

L'exploitant du site a donné des détails sur l'accident fatal. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

L'accident ayant coûté la vie à une adolescente de treize ans le 9 février dans une salle de trampoline à Belp (BE) est dû à la fatalité, estime l'exploitant. Une première analyse des faits montre que personne ne peut être blâmé pour un comportement fautif.

L'exploitant du site BounceLab a présenté mardi devant la presse ce qui s'est passé le dimanche il y a dix jours. Avant l'accident, survenu vers 18h00, une trentaine de personnes et deux superviseurs se trouvaient dans la salle de trampoline, a expliqué le directeur Marcel Meier, très ému par moment.

L'adolescente, qui a ensuite eu l'accident, était dans le couloir avec une amie. «Les filles ont adopté une attitude calme» et n'ont montré «absolument aucun comportement à risque», a dit Marcel Meier. L'accident ne s'est pas produit sur un trampoline, mais sur un tapis sur lequel les filles ont opéré des culbutes.

La tête la première

Lors de la troisième tentative, l'adolescente de treize ans est passée par-dessus le tapis de sécurité et est tombée la tête la première sur le sol dur. L'alarme a été immédiatement déclenchée et les premiers soins ont été prodigués, a précisé Marcel Meier, qui était présent ce jour-là et qui était «avec la victime dans les 60 secondes».

L'adolescente, habitant le canton de Berne, est décédée à l'hôpital vendredi dernier, des suites de ses blessures. La question s'est immédiatement posée de savoir si l'entreprise devait fermer.

Il a toutefois été décidé de garder la salle ouverte et de reverser la recette des entrées du dimanche au vendredi à la famille de la victime. «Ce don est indépendant de toute question de culpabilité. La famille a reçu un soutien inconditionnel», a noté Marcel Meier.

La salle de trampoline de Belp, non loin de Berne, existe depuis trois ans. BounceLab exploite un autre site à Rüti (ZH). Au total, un million de visiteurs ont fréquenté les deux salles depuis leur ouverture. Selon les statistiques internes, un accident survient une fois chaque 7000 visiteurs.

Activité nouvelle

Les accidents ont touché principalement les chevilles, les ligaments ou, dans les cas extrêmes des avant-bras cassés. Les superviseurs sont intervenus lorsque l'utilisateur s'est comporté de façon risquée. Selon les directives internes, il y a deux superviseurs pour 50 visiteurs.

«Les salles de trampoline constituent une activité relativement nouvelle», a insisté Marcel Meier. Parce qu'il n'y a pas encore de normes, une directive a été élaborée avec le Bureau de prévention des accidents (BPA).

L'enquête de police est placée sous la direction du Ministère public régional Berne-Mittelland. Elle vise à clarifier les circonstances exactes de l'accident, a indiqué à Keystone-ATS un porte-parole de la police cantonale bernoise.

(nxp/ats)