Suisse

30 septembre 2018 09:12; Act: 01.10.2018 08:12 Print

Agresseurs de la mosquée An'Nur devant les juges

En 2016, des fidèles de la mosquée An'Nur à Winterthour ont été agressés par un groupe d'hommes. Leur procès débute ce lundi.

storybild

La mosquée An'Nur a fait plusieurs fois les gros titres, notamment en lien avec des voyageurs du djihad. La société immobilière propriétaire des locaux de la mosquée a mis fin au bail. L'association An'Nur, ne trouvant pas de nouvel endroit, s'est dissoute en été 2017. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Dix personnes accusées d'avoir agressé deux fidèles dans la mosquée An'Nur de Winterthour (ZH) en novembre 2016 comparaissent devant le Tribunal de district de la ville à partir de lundi. Ils reprochaient à leurs victimes d'avoir transmis des informations sur un imam à un journaliste.

Parmi les prévenus figurent neuf adultes et un mineur. Ce dernier comparaîtra à huis clos. Les journalistes ne seront pas admis à son audience.

Avaler un billet de 10 francs

Les faits remontent au 22 novembre 2016. Deux fidèles qui se trouvaient dans la mosquée An'Nur, fermée depuis, ont été frappés et menacés de mort par un groupe d'hommes.

L'une des deux victimes a été contrainte d'avaler un billet de 10 francs pour avoir «vendu sa religion contre de l'argent». L'autre victime a finalement réussi à envoyer un SMS à un policier depuis les toilettes.

Imam condamné

Les agresseurs étaient convaincus que les deux fidèles avaient transmis des informations sur un imam à un journaliste. Selon ces informations, l'imam éthiopien concerné avait tenu un prêche haineux et appelé à la violence envers les «mauvais musulmans».

A la suite des révélations concernant le prédicateur, ce dernier avait été inculpé. Il a été condamné en 2017, à l'âge de 25 ans, à une peine de prison avec sursis ainsi qu'à un renvoi de Suisse.

Jugement le 23 octobre

Le procès qui s'ouvre lundi va durer plusieurs jours, étant donné le nombre inhabituellement élevé de personnes sur le banc des accusés. Le Ministère public requiert différentes peines de prisons partiellement fermes pour notamment séquestration, contrainte, menace et lésions corporelles. Les prévenus n'ayant pas la nationalité helvétique risquent en outre le renvoi de Suisse.

A cause du besoin de place pour les accusés et leurs avocats dans la salle d'audience, le procès sera retransmis en vidéo dans deux autres salles du Tribunal. Le jugement sera rendu le 23 octobre.

Mosquée fermée

La mosquée An'Nur a fait plusieurs fois les gros titres, notamment en lien avec des voyageurs du djihad. Plusieurs jeunes la fréquentant seraient partis en Syrie pour rejoindre les rangs du groupe terroriste Etat Islamique.

Par la suite, la société immobilière propriétaire des locaux de la mosquée a mis fin au bail. L'association An'Nur, ne trouvant pas de nouvel endroit, s'est dissoute en été 2017.

(nxp/ats)