Caisse maladie unique

17 mars 2011 19:55; Act: 17.03.2011 19:55 Print

Alternative possible pour cinq cantons

Cinq cantons de Suisse orientale (GL, AR, SH, SG et TG) ont présenté jeudi une étude sur les avantages d'une caisse maladie cantonale ou régionale unique.

Une faute?

Si le système actuel ne s'améliore pas, ils reviendront à la charge pour imposer une caisse unique.

La recherche présentée à Schaffhouse montre que des économies pourraient être réalisées avec une caisse unique. Par exemple, les frais de publicité et ceux liés aux changements de caisse seraient supprimés, soit une économie d'au moins 300 millions de francs.

L'introduction d'une caisse unique nécessiterait une modification de la Constitution fédérale et de la loi sur la santé. L'étude ne donne par contre pas d'information sur les coûts d'un changement de système et sur ses conséquences sociales.


Evolution des primes

En conclusion, elle souligne que la question de l'évolution des primes est déterminante dans le choix d'un système. L'autre point important est de savoir quel système est le mieux adapté pour réduire drastiquement le choix des risques par les caisses.

Les cinq cantons proposent six mesures pour améliorer le système actuel: réduction des coûts de publicité, mettre fin à la chasse aux bons risques, interdiction des caisses bon marché, fin du «bazar» dans les tarifs, abandon des réserves cantonales et introduction généralisée des réseaux de soins (Managed Care).


Economies

Ces mesures doivent engendrer des économies qui sont dans l'intérêt des assurés et des cantons. Ces derniers contribuent pour 7 milliards de francs à l'assurance de base obligatoire.

Les autorités craignent toutefois que les principaux acteurs du secteur de la santé continuent de privilégier leurs propres intérêts. Si le système actuel ne s'améliore pas dans les deux ans qui viennent, les cantons relanceront l'idée d'une caisse unique.

L'étude a été réalisée par la HES de sciences appliquées, à Zurich, et l'Institut de gestion de la santé, à Winterthour (ZH). Ils ont été mandatés par les départements de la santé de Glaris, Appenzell Rhodes-Extérieures, Schaffhouse, St-Gall et Thurgovie.

(ats)