Suisse

10 mai 2012 10:59; Act: 10.05.2012 11:12 Print

Améliorer le travail dans la santé est urgent

Il est urgent d'améliorer les conditions de travail dans la santé en Suisse, selon le syndicat de la branche.

Sur ce sujet
Une faute?

Le syndicat Syna estime que les conditions de travail dans al santé en Suisse doivent être améliorées. Dans les hôpitaux, les homes et les soins à domicile, un effectif du personnel de plus en plus restreint doit prendre en charge un nombre toujours plus grand de patients.

Le secteur tertiaire, qui a généré l'an dernier 72% du produit national brut, est, malgré le franc fort, en plein essor, a souligné jeudi Syna. Dès lors, un engagement «considérable» est exigé de ceux qui y travaillent. Le syndicat a pris place à de nombreuses tables de négociations pour améliorer les conditions de travail dans le commerce de détail, les branches de la coiffure, du nettoyage et de l'hôtellerie-restauration ainsi que dans celle de la boulangerie-confiserie.

Besoin de rattrapage

Syna voit un «besoin de rattrapage important» dans le domaine de la santé, qui souffre d'une pénurie de spécialistes et de personnel. On sait qu'il faudrait former environ 5'000 personnes de plus chaque année en Suisse. Aujourd'hui, le système fonctionne uniquement grâce à la forte migration de main-d'oeuvre étrangère. C'est n'est pas une solution à long terme parce que les pays concernés sont confrontés aux mêmes préoccupations et au manque de personnel.

Depuis longtemps, il est évident que la Suisse a besoin de plus de personnel en raison de son évolution démographique, mais rien n'est entrepris pour désamorcer la situation, selon Syna. Cela a des répercussions négatives sur les conditions de travail; la santé physique et mentale du personnel en pâtit.

Moyens financiers

Syna invite les administrations publiques et les établissements de soins à tout mettre en oeuvre afin de fournir les moyens financiers nécessaires pour augmenter l'effectif du personnel. Il s'agit d'assurer la formation et le perfectionnement, des salaires attractifs, des planifications du travail établies suffisamment tôt et cinq semaines de vacances au minimum. La retraite anticipée doit aussi être favorisée.

(ap)