Schaffhouse

07 janvier 2019 21:56; Act: 07.01.2019 21:56 Print

Mis à l'amende pour avoir dit «Allahu Akbar»

par M. Djurdjevic/ofu - Un jeune homme a reçu une prune de 150 francs pour avoir salué son ami dans la rue en utilisant les mots «Allahu Akbar». Il estime être victime de discrimination.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

Deux mots qui pèsent lourd sur le porte-monnaie. En août dernier, Orhan E. a reçu une amende de 150 francs de la police municipale de Schaffhouse pour outrage public à la pudeur (articles 19 et 59 de l'ordonnance de police de la ville de Schaffhouse). Dans la lettre des forces de l'ordre, celles-ci lui reprochent d'avoir salué «haut et fort» un ami en prononçant les mots «Allahu Akbar» (Dieu est plus grand). Or le jeune Turc de 22 ans tient à préciser: «C'est une expression banale utilisée quotidiennement par les musulmans. Nous l'utilisons tout le temps sans aucune arrière-pensée», explique-t-il lundi à «20 Minuten».

Les faits remontent à mai 2018, à Schaffhouse. «Je me tenais devant l'association culturelle turque de Schaffhouse avec mon ami. On parlait en turc. Soudain, une policière m'a appelé et m'a demandé ce que je voulais dire avec cette expression.» Et d'ajouter: «Je lui ai dit que ces mots ne signifiaient rien de grave et qu'ils étaient souvent utilisés par les musulmans pour se saluer. L'expression est aussi employée pour mettre l'accent sur quelque chose de positif. Par exemple: «Il fait beau aujourd'hui, Allahu Akbar.»

«Ils ont exigé que je m'excuse»

Or les explications d'Orhan E. n'ont pas suffi pour convaincre l'agente, qui a appelé des renforts. «Des policiers armés ont débarqué. Ils m'ont fouillé, ont contrôlé mon identité et ont exigé que je m'excuse.»

Le jeune homme, qui a fini par payer l'amende pour ne pas avoir davantage de problèmes, estime être victime de discrimination. Pour lui, toute cette histoire a été «traumatisante». «Je suis né ici et jamais je n'aurais pensé vivre une chose pareille en Suisse.»

Une première

Simon Stocker, conseiller municipal schaffhousois chargé de la Sécurité et des Affaires sociales, comprend que la police ait réagi de manière «sensible»: «Selon le rapport de police, la situation n'a pas été évaluée comme étant une simple salutation, mais plutôt un outrage public à la pudeur.» Il rappelle par ailleurs qu'Orhan E. aurait pu s'opposer à l'amende. Pour finir, Simon Stocker tient à préciser que dire «Allahu Akbar» n'est pas interdit en soi à Schaffhouse, mais que tout dépend du contexte dans lequel l'expression est formulée. Il ajoute que c'est la première fois qu'une amende a été émise pour de telles raisons.