Zurich

09 mars 2011 17:09; Act: 09.03.2011 19:30 Print

Amendé pour cinq secondes de retard

Valider un billet avec du retard peut coûter très cher. Un élève a pris 120 francs d'amende pour un billet non composté alors que le bus était parti depuis 5 secondes.

Une faute?

Marc* , un jeune zurichois de 15 ans, devait se rendre avec d’autres camardes de classe de son école à la salle de gymnastique non loin de là. Pour ce faire, les jeunes gens ont emprunté un bus local, selon le «Tages-Anzeiger».

Billet de groupe

Avant de composter le billet de groupe, que lui avait remis le maître d’école, Marc va déposer ses effets de gym au fond du bus. Il est 15 heures 35 sur la ligne de bus numéro 201. Mal lui en prend. Il est interpellé par trois contrôleurs de bus, montés à bord quelques minutes plus tôt. Ces derniers lui expliquent que le bus est déjà reparti et que Marc n’a pas validé son billet à temps. Les contrôleurs n’entrent pas en matière et Marc reçoit une amende de 120 francs parce qu’il avait commis une infraction quelque temps auparavant.

Lettres sans effet

Selon le témoignage de Marc cité dans une lettre d’indignation envoyée par son père à la direction des transports publiques zurichois, «le bus était en marche depuis cinq secondes, lorsqu’on m’a interpellé».

L’intervention du père n’a eu aucune suite malgré le fait que l’ombudsman cantonal l’ait encouragé à insister auprès de la compagnie de transport. Ni la lettre des copains soutenant les dires de Marc ni celle de son prof de gym n’ont eu plus d’effet. Le jeune homme a dû payer l’amende malgré tout.

*Prénom fictif

(rga)

Les commentaires les plus populaires

  • Stef le 10.03.2011 08:56 Report dénoncer ce commentaire

    Non à l'excès de zèle

    Oui au contrôle dans les Transports publics, car il y a trop de resquille. Mais non à l'excès de zèle; il faut pouvoir laisser le temps à qui que ce soit (jeune comme personne âgée) de se rendre au composteur. 5 secondes. Ah ah, laissez-moi rire. Y'z'ont un chronomètre à la place du cerveau, ces gars ?

  • fastoche le 11.03.2011 00:06 Report dénoncer ce commentaire

    C'est pourtant simple

    Il faut composter son billet dès qu'on entre dans le bus un point c'est tout. Chaque personne qui se fait attraper a toujours une excuse, parfois vraie mais ça ne change rien: il n'a pas composté son billet quand même. Et pour les cinq secondes, c'est juste sa version des faits.

  • Article 113 le 10.03.2011 08:16 Report dénoncer ce commentaire

    Société folle ...

    Cas à soumettre à un psychiatre ...

Les derniers commentaires

  • fastoche le 11.03.2011 00:06 Report dénoncer ce commentaire

    C'est pourtant simple

    Il faut composter son billet dès qu'on entre dans le bus un point c'est tout. Chaque personne qui se fait attraper a toujours une excuse, parfois vraie mais ça ne change rien: il n'a pas composté son billet quand même. Et pour les cinq secondes, c'est juste sa version des faits.

  • Stef le 10.03.2011 08:56 Report dénoncer ce commentaire

    Non à l'excès de zèle

    Oui au contrôle dans les Transports publics, car il y a trop de resquille. Mais non à l'excès de zèle; il faut pouvoir laisser le temps à qui que ce soit (jeune comme personne âgée) de se rendre au composteur. 5 secondes. Ah ah, laissez-moi rire. Y'z'ont un chronomètre à la place du cerveau, ces gars ?

  • Article 113 le 10.03.2011 08:16 Report dénoncer ce commentaire

    Société folle ...

    Cas à soumettre à un psychiatre ...

  • jz le 09.03.2011 22:21 Report dénoncer ce commentaire

    Proie facile

    Et les contrôleurs qui se mettent à 3 sur un gamin de 15 ans, alors qu'ils font profils bas quand une bande de semeurs entrent dans le bus, c'est bien connu: ça n'existe pas non plus...

    • un usager le 10.03.2011 09:59 Report dénoncer ce commentaire

      évident!

      Les contrôleurs DOIVENT faire du chiffre. Ca fait partie de leur cahier des charges, et ça justifie leur job. C'est donc tout a fait volontairement qu'ils foncent sur des "clients" faciles.

  • Pantoufle le 09.03.2011 21:32 Report dénoncer ce commentaire

    pathétique

    Quand il s'agit de punir un pauvre gosse de 15 ans, tout de suite les grands moyens. Mais quand il s'agit, par exemple, d'interner un violeur, limite, on le laisse en liberté... C'est juste n'importe quoi. ça donne pas envie de prendre les bus tout ça...