Suisse

26 septembre 2017 16:40; Act: 26.09.2017 17:22 Print

Amendé pour un message, «digne de la Stasi»

Un lecteur a été amendé pour avoir signalé un contrôle routier par messagerie. Un parlementaire UDC a déposé une motion pour préciser l'application de la loi.

storybild

Les membres du groupe WhatsApp en question mettent régulièrement en garde contre les contrôles routiers. (Photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

Il y a quelques jours, l'affaire avait fait grand bruit: un lecteur de «20 Minuten» ainsi que plusieurs autres personnes ont reçu une lourde amende à Saint-Gall pour avoir signalé un radar routier sur un groupe WhatsApp.

Sondage
Annoncer un radar sur un large groupe Whatsapp devrait-il être puni?

«Des méthodes dignes de la Stasi»

Au coeur du débat se trouve la question du statut privé, ou non, d'un message publié dans un groupe. En l’occurrence, celui-ci comptait environ 200 personnes, ce qui, selon le bureau du procureur saint-gallois, dépasse le cadre de la correspondance privée.

Après avoir fait couler beaucoup d'encre dans les médias, l'affaire atterrit désormais devant l'Assemblée fédérale. Le Conseiller national Christian Imark (UDC/SO) a déposé une motion demandant que les signalements de radars sur des canaux fermés tels que WhatsApp, Facebook ou Snapchat, ne soient plus punissables. «Le fait que l'Etat veuille avoir un oeil sur les groupes sociaux fermés rappelle fortement les méthodes de la Stasi», accuse l'élu, faisant référence à la police secrète d'Allemagne de l'Est.

Appliquer la loi

Au Conseil national, le spécialiste du trafic Thomas Hardegger (PS/ZH) ne comprend pas la démarche. «Il est juste que les autorités fassent en sorte d'appliquer la loi, car cela va dans le sens de la sécurité routière», estime-t-il. Pour le parlementaire, quiconque installe un tel groupe sait qu'il est dans l'illégalité quand il partage la position d'un radar.

Quant aux méthodes de la police, Thomas Hardegger juge l'expression exagérée: «la police a certainement reçu un renseignement concernant ce groupe.» Il rappelle que les radars ne servent pas à remplir les caisses de l'Etat, comme le pense Christian Imark, mais à prévenir les accidents.

(daw/rmf/ofu)