Berne

29 mars 2016 22:29; Act: 31.08.2016 15:11 Print

Appel aux dons pour trouver un sportif disparu

Un amateur de sports extrêmes américain est porté disparu depuis samedi. Il était parti faire du speedflying dans la région du Jungfrau (BE). Sa famille fait tout pour le retrouver.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Harrison Fast est un passionné de speedflying. Samedi dernier, l'Américain de 28 ans s'est rendu dans la région du Jungfrau, dans le canton de Berne, avec cinq autres amateurs de sports extrêmes.

Peu après avoir décollé, le groupe a été séparé en raison d'une tempête qui approchait. Deux personnes ont dû être sauvées par un hélicoptère. Les autres ont pu se poser sains et saufs... à part Harrison Fast qui est porté disparu depuis. C'est ce qu'a écrit lundi sa soeur sur la page Facebook Harrison Fast Rescue.

«Les sauveteurs ont lancé des recherches terrestres et aériennes durant les fêtes de Pâques», a indiqué mardi à l'ats le porte-parole de la police cantonale bernoise, Christoph Gnägi. Les secours ont dû renoncer samedi à cause de l'obscurité et, dimanche et lundi, le mauvais temps et des vents tempétueux n'ont pas permis de reprendre les opérations.

«Nous avons fait tout ce qui est humainement possible», a dit Christoph Gnägi. La recherche active a été abandonnée jusqu'à ce que de nouveaux indices permettent de déterminer où se trouve le sportif. Le porte-parole a souligné que la zone était très escarpée et semée de profondes crevasses.
La famille d'Harrison Fast, qui travaille en tant qu'ingénieur dans l'Etat du Colorado, aurait déjà récolté plus de 40'000 francs via internet pour le retrouver. Cet argent leur aurait permis de louer un hélicoptère d'Air Glacier, écrit la soeur du jeune homme sur Facebook. Selon celle-ci, l'hélicoptère aurait dû décoller ce mardi.

Contactée à ce sujet par la «Berner Zeitung», la police cantonale n'a pas voulu confirmer ni démentir les informations rapportées par la soeur. Le porte-parole s'est contenté de dire: «De manière générale, il est interdit que des privés se mêlent des recherches. Surtout lorsque celles-ci se font en montagne, il est important de laisser faire les spécialistes.»

(ofu/kaf/ats)