Suisse

27 février 2017 10:10; Act: 27.02.2017 11:37 Print

Après les heurts à Berne, la loi sera-t-elle durcie?

Le Conseil des Etats se penche lundi sur une motion UDC demandant que les personnes qui s'en prennent aux forces de l'ordre soient punies plus sévèrement.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

La police a dû se déployer massivement samedi soir à Berne pour empêcher un nouveau rassemblement non autorisé à la Schützenmatte pour protester contre l'évacuation d'un squat mercredi. Des heurts ont éclaté entre les forces de l'ordre et les manifestants. Onze personnes ont été blessées, dont huit policiers et deux employés de la police des transports.

«Ceux qui sont contre un durcissement se voilent la face»

Après ces heurts, la Fédération suisse des fonctionnaires de police exige que les personnes s'attaquant aux forces de l'ordre soient punies plus sévèrement. «Ceux qui sont toujours contre un durcissement de la loi après les attaques brutales du week-end dernier se voilent la face», estime la présidente Johanna Bundi Ryser. Nos collègues de «20 Minuten» notent en effet que les auteurs s'en sortent trop souvent avec des peines pécuniaires. Actuellement, les violences et les menaces envers un agent sont passibles d'une peine de prison allant jusqu'à 3 ans ou d'une peine pécuniaire.

«Les choses ne changeront pas»

La thématique est également discutée ce lundi par le Conseil des Etats, qui doit se pencher sur une motion UDC demandant justement que les agressions envers la police soient punies d'une peine de prison allant de 1 à 5 ans. La conseillère nationale agrarienne Andrea Geissbühler pense que cette revendication a le vent en poupe après les affrontements dans les rues de la capitale. «Tant que ces personnes savent qu'elles n'ont rien à craindre, les choses ne changeront pas», dénonce la Bernoise.

«Nous devons agir»

Malgré tout, notent nos confrères alémaniques, le durcissement de la loi revendiqué risque de ne pas passer si facilement. Notamment parce que la commission chargée de procéder à un examen préalable conseille de rejeter la motion UDC. Le conseiller aux Etats Beat Rieder explique: «Il est clair que nous devons agir, mais une peine minimale de 1 an de prison ne laisse pas suffisamment de marge de manœuvre aux juges.» Il craint que des délits mineurs soient punis aussi sévèrement que des attaques armées, par exemple. Beat Rieder compte plutôt sur une initiative cantonale bernoise qui demande que la violence envers les agents soit obligatoirement punie d'une peine de prison et non plus d'une peine pécuniaire.

(daw/ofu)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Jean Réality le 27.02.2017 10:25 Report dénoncer ce commentaire

    Des actes, assez de palabres !

    Nous en avons assez de payer pour des voyous dont la lâcheté est à la hauteur de leur imbécillité. Sous la bannière de la démocratie, ils cassent du flic pour le plaisir et détruisent le patrimoine sans vergogne. Les policiers doivent être mieux protégés par la loi au risque que de simples citoyens fassent justice eux-mêmes !

  • Hanibal le 27.02.2017 10:22 Report dénoncer ce commentaire

    pas de pitié pour les casseurs

    punition severe et BASTA.

  • Mohammed denyon le 27.02.2017 10:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Apaisement

    Un durcissement est envisageable, mais des poursuites systématiques et une peine plancher seront plus efficaces. Et pas uniquement pour les violences envers les fonctionnaires mais aussi pour l'ensemble des actes de vandalisme en bande.

Les derniers commentaires

  • horg le 28.02.2017 07:02 Report dénoncer ce commentaire

    A côté de la plaque.

    1. Ces casseurs sont déjà punis, ou peuvent déjà être punis. Le code pénal est déjà bien pourvu de punitions pour ceux qui cherchent à porter atteinte à la vie, l'intégrité physique ou le patrimoine. Que ça fasse plaisir aux maniaques qui voient l'UDC comme le sauveur ou non. 2. Depuis quand est-ce qu'en Suisse on instrumentalise des faits divers pour faire passer des lois débiles? Quand on légifère il faut le faire la tête froide, pas dans l'émotionnel.

  • Feel good le 28.02.2017 06:42 Report dénoncer ce commentaire

    Les casseurs aux EMS!

    La plupart des casseurs prétendent lutter contre l'injustice sociale. Le paradoxe est qu'ils passent des heures à palabrer, ne rien faire de constructif, mais détruisent ce qu'ils prétendent défendre (leur environement), alors que l'on en voit rarement se pointer dans un EMS. Je suis sûr qu'il y aurait quelques mémés ou pépés ravis qu'on leur propose un petite balade accompagnée. L'injustice sociale peut être réparée déjà devant notre porte. Mettre la faute sur les gouvernements ou les riches est une faillite de notre propre introspection.

  • J.-Cl. Gilliéron le 28.02.2017 05:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Démocratie bidon...

    A force de trop vouloir protéger la police lorsque coupable d'abus et quasi jamais condamnée, la haine s'installe et elle est en collision avec votre mode de pensée qui l'alimente implacablement via les résultats que l'on sait... Tuer la démocratie en interdisant le droit de manifester amène non pas la fin, mais le début de la fin du commencement... Durcissez, allez-y, ne vous gênez pas, mais le prix sera sous peu exorbitant... ( police des polices, je cite: c'était un accident !...)

  • ... le 28.02.2017 02:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ...

    «Tant que ces personnes savent qu'elles n'ont rien à craindre, les choses ne changeront pas» Normal que les gens deviennent fous, nous allons à l'encontre de notre nature. Rien de ce que nous faisons n'est naturel. Pfff société malade..

  • Kodos1233 le 28.02.2017 00:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Hum ... n'importe quoi ....

    Et ensuite ils viendront pleurer quand des flics leurs mettrons une bonne claque en disant abus de pouvoir. La haine anti-flic c'est parce que les gens film ce qu'il veulent c est facile de dire " il na rien fait " c est sur dans la vidéo on le voit pas mais avant la vidéo il à fait quoi ? La police est pas venu comme sa juste pour faire chier et taper.