Les Vert'libéraux contre-attaquent

03 avril 2019 10:36; Act: 03.04.2019 11:49 Print

«Levrat a perdu le fil de ce qui se passe au National»

Le socialiste fribourgeois estimait que les Vert'libéraux servaient de prétexte écolo à la droite. Le président du parti, Jürg Grossen, n'a pas hésité à lui répondre.

storybild

(Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Mardi, le président du parti socialiste, Christian Levrat, attaquait dans le «Blick» les Vert'libéraux (PVL). Il estimait que le parti était tout à droite de l'échiquier politique dans le domaine de la santé et des questions sociales et servait de prétexte vert à la droite. Mercredi, retour du boomerang de la part du président du PVL Jürg Grossen qui contre-attaque.

Toujours dans le «Blick», il affirme prendre calmement les critiques de Christian levrat. «Après nos succès aux élections cantonales de Zurich et Lucerne, le PLR nous a accusés d'être à gauche. Maintenant Christian Levrat estime que nous sommes trop à droite. Cela prouve que nous sommes exactement ce que nous voulons être: des vert'libéraux au centre», explique-t-il.

«Pas de liens avec l'UDC»

Il se défend aussi de faire partie de la droite dure en Suisse, même si la Vaudoise Isabelle Chevalley s'était alliée à l'UDC en 2017 contre la gauche dans la course au Conseil d'Etat. «Il s'agissait du canton de Vaud», explique Jürg Grossen. «Nous n'avons pas de liens avec l'UDC au National», affirme-t-il. «Les alliances sont uniquement mathématiques et ne touchent pas les contenus», précise-t-il. Et il critique à son tour le PS, accusé de s'être allié à deux reprises à l'UDC pour dénigrer les accords bilatéraux.

Néanmoins, impossible de nier que le PVL se positionne très à droite dans les questions sociales, en soutenant une franchise minimale de 500 francs pour l'assurance maladie de base et la retraite à 67 ans pour tous, comme l'accuse le président du PS. Jürg Grossen contre-attaque: «Levrat soulève des points mais ne voit plus du tout l'ensemble. On voit qu'il ne fait plus que de la politique au Conseil des Etats et qu'il a perdu le fil de ce qui se passe au National.» Et de rappeler que le PVL veut aider les revenus plus faibles à obtenir un meilleur 2e pilier et qu'il a soutenu le financement des crèches. «Mais c'est vrai: Nous voulons renforcer la responsabilité personnelle des assurés avec des franchises plus élevées.»

Faire tomber la majorité UDC-PLR

Jürg Grossen arrive quand même à se trouver un but commun avec Christian Levrat: faire tomber la majorité PLR-UDC-PBD au National. «Il est essentiel que nous obtenions une nouvelle majorité pour la protection du climat et le développement des accords bilatéraux», explique-t-il. Pour y parvenir, le centre progressiste doit se développer et le PVL doit jouer un rôle décisif, estime-t-il. En affirmant qu'il a pour but d'obtenir au moins 10 sièges au National, voire deux ou trois de plus.

(cht/nxp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • MaxLa le 03.04.2019 12:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    comment faire

    il faut expliquer une fois pour toute tout ces politiciens qui veulent que les citoyens parte à 67 ans à la retraite comment faire dès lors que sur le marché du travail A 50 ans on est déjà trop vieux qu'allons-nous faire pendant 17 ans alors

  • Eric le 03.04.2019 12:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pfff

    Lamentable parti socialiste ...

  • Le lol ultime le 03.04.2019 12:23 Report dénoncer ce commentaire

    À mourir de rire!

    Si les vert'liberaux sont le prétexte écolo à la droite, le PS est le prétexte social de la droite. Ben oui, pro marché libre, pro circulation des capitaux, le PS véhicule principalement des valeurs de droite dure, sous couvert de quelques assertions pseudo progressistes voire populistes. Il n'y a plus de gauche forte digne de ce nom au national depuis longtemps.

Les derniers commentaires

  • Econgologolo Soumatante le 04.04.2019 09:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Verts d'âtres

    C'est relativement simple, un vert qui considère l'immigration comme une pollution est un vert de droite, celui qui veut nous faire bosser plus longtemps alors que l'espérance de vie réelle stagne et que l'espérance de vie valide sans handicap régresse est juste vendu aux grands capitalistes. Démyopez vous, les naïfs, avec un tel vert dans la pomme, elle est bien pourrie. Donc à Zurich on a pris les mêmes et on recommence, on a seulement rebadjé l'affiche.

  • Octopus le 04.04.2019 07:42 Report dénoncer ce commentaire

    Inutile

    Le PVL c'est un parti inutile, à droite pour le business, et mollement vert pour tenté de rafler des voix. Et champion des initiatives qui font fiasco.

  • grincheux le 03.04.2019 14:24 Report dénoncer ce commentaire

    allo la lune

    finalement quand je lis l'ensemble des programmes politiques je me pose une question ?? Tous ces politiques vivent-ils dans le même pays que moi ? retraite à 67 ans alors que tu es déjà vieux à 35 ans, hausses d'impôts, fermeture des frontières etc etc..... J'aimerais bien que toutes ces personnes reviennent sur terre et travaillent pour la population et non pas pour leur énorme ego.....

    • Patgva le 04.04.2019 08:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @grincheux

      Ça c'est impossible se sont des politiciens, cela se serait si des politicards oeuvraient pour le bien commun.

  • Paul Émique le 03.04.2019 14:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Libéraux je veux bien...

    ... mais verts ? Beurk !

  • Olivia le 03.04.2019 14:05 Report dénoncer ce commentaire

    Levrat et la santé publique

    Juste se rappeler que, en matière de santé publique, Levrat a à deux reprises voter pour l'augmentation des normes de rayonnement des antennes de communication mobile au Conseil des Etats, alors que Olivier Français ne l'a fait qu'une seule fois (la première fois les caméras de la RTS avait filmé le vote et le Vaudois avait signifié son "non"))