Disparition de Samantha

28 janvier 2018 20:04; Act: 29.01.2018 07:28 Print

Les avis de disparition sont rarement publiés

Chaque jour en Suisse, 13 personnes sont portées disparues. Le public n'est toutefois que rarement informé, pour de nombreuses raisons.

storybild

La jeune femme disparue il y a deux mois a été retrouvée morte. Sa disparition n'avait pas été diffusée largement auprès de la population. (Photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

Il y a dix jours, un passant retrouvait dans un marais le corps sans vie de Samantha. Elle avait disparu deux mois plus tôt. Dans «L'illustré», la grand-mère de la Genevoise critique maintenant le fait que la police n'ait pas émis d'avis de recherche au moment de sa disparition.

Près de 4'700 disparus par an

Une enquête, menée par la «SonntagsZeitung» auprès de 13 cantons ayant accepté de coopérer, montre que cette façon de faire correspond à un système. Rien que l'année dernière, on y compte 3'354 personnes disparues. Extrapolé à l'ensemble de la Suisse, cela revient à environ 4'700 personnes, soit environ 13 par jour.

Pourtant, le nombre d'avis de recherche diffusés par la police reste relativement faible: ils n'interviennent que dans 2,8% des cas, révèle le journal. La tendance est particulièrement marquée à Genève, où les disparitions sont les plus fréquentes.

Protection de la personnalité

En 2017, 1'668 avis de recherche ont été émis, mais seuls 5 ont été relayés plus loin. «Nous devons nous poser la question avant chaque publication, si la protection de la vie privée des personnes concernées n'est pas plus importante», explique le porte-parole de la police genevoise Silvain Guillaume-Gentil.

«Lorsque ce sont des mineurs, on doit avoir l'autorisation des parents, poursuit-il. Et quand ce sont des adultes, qui peuvent parfois disparaître de leur plein gré, une enquête publique peut aussi les pousser à se cacher encore davantage.»

Ne pas submerger d'informations

Autre problématique: l'attention de la population, qu'il ne faut pas surcharger en informations. «Si on publie chaque jour de nouveaux avis de recherche, à terme, ils ne sont plus vraiment pris au sérieux», poursuit le porte-parole.

(rmf)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Denise le 28.01.2018 20:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mais encore...

    Merci pour les précisions de cette enquête et qu en est il des visages flouttés dans la presse ou non? En ce qui concerne les articles au sujet de Marie ou autres personnages rendus tristement publique, pourquoi dans certains articles de presses on voit clairement les visages et quelques jours après ils sont flouttés? Pourquoi parfois on voit le visage de mineur parfois pas (drame d Autriche: randonné). Dans l Illustré, on voit clairement le visage de Samantha.

  • Claude le 29.01.2018 05:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Soyons pragmatiques

    Cest le contexte de la disparition qui doit motiver un avis ou non! Les disparitions denfants cela paraît évident quil y a urgence et cela devrait être automatique. Concernant les adultes, il devrait y avoir concertation avec la famille. Par contre, le contexte peut exiger un avis de disparition immédiat.

  • Jean Rage le 28.01.2018 21:16 Report dénoncer ce commentaire

    peux mieux faire

    Aux proches de choisir

Les derniers commentaires

  • Rizzo-Düblin Irène le 27.02.2018 18:24 Report dénoncer ce commentaire

    Disparitions

    Je.ne sais pas trop. Genève, ce n'est pas mal non plus.

  • Rizzo-Düblin Irène le 27.02.2018 18:11 Report dénoncer ce commentaire

    Disparitions

    Ce n'est pas normal. Il faut absolument entreprendre des recherches le plus rapidement possible. Que l'on soit adulte et d'autant plus rapidement lorsque l'on est mineur. C'est primordial!

  • Dann le 11.02.2018 14:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Merci la gauche.

    Il vaut mieux protéger la vie privée.. que d'essayer de sauver en lançant des alertes. C'est où le bug? Si on retrouve les cadavres ils auront au moins été protégés au niveau privé. C'est l'histoire des caméras de surveillance que les rouges gauchards ne veulent pas sous prétexte d'intrusion dans la vie privée.. des délinquants... Ici c'est Bienne... ça vous parle? La ville melon.

    • Irène Rizzo-Düblin le 27.02.2018 18:27 Report dénoncer ce commentaire

      Disparitions

      A Genève, ce n'est pas mal non plus.

  • F. C. le 31.01.2018 07:01 Report dénoncer ce commentaire

    La liste douloureuse, journal Libération

    http://www.liberation.fr/france/2017/06/30/elle-s-appelait-aurelie-elle-avait-34-ans-il-lui-a-tire-dessus-au-fusil-de-chasse-une-annee-de-meurt_1580445

  • Carlotta le 29.01.2018 22:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Y a moyen sans sous

    Demandez à Rabajoy comment faire avec les fugueurs. Ce Président de l'Espagne sait y faire.