Suisse

04 décembre 2019 07:30; Act: 04.12.2019 11:46 Print

Imam biennois soupçonné de fraude à l'aide sociale

Le prédicateur Abu Ramadan aurait obtenu illicitement de l'argent de l'aide sociale. Il est mis sous enquête par la justice bernoise pour soupçons d'escroquerie.

storybild

L'imam Abu Ramadan officie à la mosquée Ar'Rahman à Bienne. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

La justice bernoise a ouvert une enquête pénale contre le prédicateur controversé biennois Abu Ramadan pour soupçons de fraude à l'aide sociale. Une dénonciation pénale avait été déposée par la commune de Nidau (BE) où est domicilié l'imam de 66 ans d'origine libyenne.

Le Ministère public Jura bernois-Seeland a ouvert son instruction au début de cette année sur la base de la dénonciation de la commune de Nidau, voisine de Bienne, rapportent mercredi la cellule-enquête de Tamedia et l'émission «Rundschau» de la SRF. La dénonciation a été déposée le 28 novembre 2018, a précisé à Keystone-ATS le porte-parole du Ministère public bernois Christof Scheurer.

Soupçons d'escroquerie

L'enquête porte sur des soupçons d'escroquerie, éventuellement d'obtention illicite de prestations sociales et de perception indue de prestations de l'aide sociale en passant des faits sous silence. Selon les médias, le prédicateur aurait perçu 590'000 francs d'aide sociale entre 2003 et 2017 en ne mentionnant pas des rentrées d'argent.

Contacté par les médias, Abu Ramadan conteste les accusations. Il n'entend toutefois pas s'exprimer sur l'enquête en cours, ajoutant être contact avec les fonctionnaires chargés de son cas et qu'il s'efforçait de clarifier d'éventuels malentendus.

Discrimination raciale

Parallèlement, une instruction pour discrimination raciale contre cet homme est toujours en cours, a précisé le porte-parole du Ministère public bernois. Le prédicateur de la mosquée Ar'Rahman à Bienne est soupçonné d'avoir tenu des propos haineux envers les juifs, les chrétiens, les bouddhistes et les chiites lors d'un prêche.

Le ressortissant libyen a entretemps perdu son statut de réfugié. Il est actuellement au bénéfice d'un permis C. S'il est reconnu coupable des accusations portées contre lui, il risque d'être expulsé de Suisse.

(nxp/ats)