Suisse

27 août 2018 11:55; Act: 27.08.2018 12:28 Print

Berne se «distancie» de la lutte contre la pauvreté

Caritas regrette que le Conseil fédéral renonce à mener une politique de lutte contre la pauvreté qui touche 615'000 personnes en Suisse.

storybild

«Le Conseil fédéral se croise les bras», dénonce le directeur de Caritas, Hugo Fasel. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Malgré «la nécessité d'agir» contre la pauvreté, le Conseil fédéral veut «renoncer à mener activement une politique de lutte» contre ce phénomène, regrette lundi Caritas Suisse. L'organisation demande à Berne de prendre des mesures face à une situation qui s'aggrave. Dans une prise de position lundi, Caritas demande à la Confédération d'assumer «son rôle directif» dans la lutte contre la pauvreté.

«La Confédération se distancie de la politique de lutte contre la pauvreté et en confie l'unique responsabilité aux cantons. On peut dire que le Conseil fédéral (...) croise les bras et se contentera d'observer de loin l'évolution de la pauvreté en Suisse», dénonce le directeur de Caritas, Hugo Fasel.

«Retour à la case départ»

«Politiquement, cette décision du Conseil fédéral est un retour à la case départ», ajoute-t-il. En Suisse, quelque 615'000 personnes sont touchées par la pauvreté, dont 108'000 enfants. Et 600'000 autres vivent dans des conditions précaires, juste au-dessus du seuil de pauvreté, souligne Caritas. Et malgré une situation économique excellente en Suisse, le taux de pauvreté augmente, notamment chez les enfants.

Une situation qui rend incompréhensible, pour Caritas, la décision de la Confédération de renoncer à mettre en place une surveillance et de diminuer la somme allouée à la lutte contre la pauvreté, qui sera de «tout juste 500'000 francs par année» dès 2019. De 2014 à 2018, pour la mise en oeuvre du Programme national de prévention et de lutte contre la pauvreté, la Confédération a versé 9 millions de francs.

Pauvreté des enfants «sans réponse»

Dans sa prise de position, Caritas préconise une série d'étapes «urgentes» pour améliorer la situation. Elle demande notamment de fixer un but contraignant visant à réduire de moitié la pauvreté, comme prévu par l'Agenda 2030 de développement durable de l'ONU, signé par la Suisse, et de garantir un minimum vital social.

Pour lutter contre la pauvreté des familles, Caritas demande également la mise en place de prestations complémentaires. Elle s'inquiète notamment que «la pauvreté des enfants reste sans réponse» dans la plupart des cantons, à l'exception, entre autres, de Vaud et Genève, qui ont déjà introduit de telles prestations.

L'organisation demande également d'investir dans la formation continue obligatoire et que les offres de prise en charge extra familiale des enfants, telles que les crèches, soient gratuites pour les familles pauvres, où les deux parents doivent souvent travailler. Caritas présentera ses revendications à la Conférence nationale contre la pauvreté le 7 septembre à Berne.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Paul le 27.08.2018 12:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les autres dabord

    Berne donne de l argent a l EU, dépense sans compter pour les migrants. Mais éradiquer la psuvreté locale nada...

  • Bala le 27.08.2018 14:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La conf mafia

    Depuis quand le Conseil fédéral ce soucie des ses citoyens ?!?!? Depuis quand ils se soucient de nos retraités, eux auront de toute manière de quoi bien vivre. Dans ce pays cest les banques, les assurances, la chimie, les grands patrons et rien dautre. Souciez vous de nos jeunes au lieu de vouloir construire des routes plus large pour les SUV, quand jai lu cette article jai failli tomber de ma chaise.

  • Un pauvre parmi d'autre le 27.08.2018 13:10 Report dénoncer ce commentaire

    Sans blague !

    Evidemment qu'ils s'en fichent, eux n'ont pas ce problème !

Les derniers commentaires

  • Madame Bamboche le 28.08.2018 21:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Lésés avec un B

    Du moment que tout le monde se prostitue pour payer ses primes d'assurance maladie et ses factures, à quoi bon?

  • Spirou le 28.08.2018 09:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mémoire courte ....

    Lors de son mandat politique, Monsieur Fasel défendait pas grand chose de Suisse ... tout pour laide au développement, les réfugiés et tout le reste ...

  • Trump le 27.08.2018 20:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    il

    serait intéressant de savoir la part d immigrés dans ces pauvres , on en a peut-être assez peut être est il temps d arrêter d en importé plus ?

    • Mendrisiotto le 28.08.2018 10:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Trump

      Après ces gauchistes s étonnent que l extrême droite monte en puissance comme en Allemagne et en Suède, Ras le bol de tout cela. Comme disait Mr Salvini en Italie, on peut m arrêter moi mais pas 60 millions d Italiens, ça va très mal finir avec cette migration, Personne n ose relever le défît de stopper Chez nous seuls les UDC .

  • Misstik le 27.08.2018 17:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Honteux

    Un grand merci au Conseil fédéral, qui ose offrir aux pauvres, la somme annuel de leur futur retraite, bonne conscience à vous ...

    • Leo le 27.08.2018 20:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Misstik

      Un grand merci au peuple qui vote majoritairement contre ses propres intérêts, qui vote pour le parti qui fait le plus de pub et surf sur la vague de racisme qui reprend. On est sur la bonne route pour une 3ème et dernière guerre. Écoutez les nationalistes: tuer votre voisin si vous ne laimez pas et tout ira mieux

    • Spirou le 28.08.2018 09:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Leo

      Qui arrose les réfugiés, les migrants économiques, les glandeurs de premières, les artistes bout de bois ? On préfère cette population à celle de son propre pays .... donc votre commentaire est infondé , vous récitez bêtement la leçon comme un bon élève ....

  • Daniel le 27.08.2018 16:37 Report dénoncer ce commentaire

    La honte

    Non seulement les "élites de Berne" se délite des sujets concernant l'intérêt général mais leur autisme en matière de politique économique a aussi contribué à l'accroissement des inégalités et favorisé la paupérisation cette dernière décennie. La Suisse d'antan n'existe plus, comme dans l'EU, nos politiciens ont pris le train des moins courageux pour fuir leurs responsabilités en empochant les privilèges au passage; un comportement digne d'un conseil d'administration et de son président téléguidés par l'économie de marché. Une honte!