Cabinets médicaux

08 janvier 2016 11:13; Act: 08.01.2016 11:22 Print

Berset prêt à tout étudier pour contrôler les coûts

Face à la fin du moratoire sur les cabinets médicaux, il accepte d'envisager de nombreuses pistes.

storybild

Alain Berset n'est pas opposé au fait de trouver une solution urgente. (Photo: Keystone/Archives)

Sur ce sujet
Une faute?

Dès le 1er juillet, les cantons ne pourront plus instaurer de moratoire sur l'ouverture de cabinets médicaux. Le ministre de la santé Alain Berset assure vouloir soutenir tous les travaux pour prévoir et contrôler les coûts, mais de nombreuses pistes le laissent sceptique.

Le casse-tête du pilotage de l'offre médicale ambulatoire reste entier car le National a enterré en décembre un projet pour pérenniser le moratoire utilisable seulement jusqu'à fin juin 2016. Un revers pour les assurés, avait réagi tout de suite Alain Berset: «Il faudra compter avec une arrivée importante de médecins spécialistes, ce qui fera augmenter les coûts de la santé, et donc les primes».

Dans une interview diffusée vendredi dans 24heures et La Tribune de Genève, le ministre se défend d'être énervé et se dit prêt à reprendre des solutions si elles n'ont pas été assez étudiées. «Je suis toujours disposé à travailler de manière très constructive avec tous les acteurs concernés, mais on a aussi besoin d'une certaine fiabilité des acteurs en question», glisse le socialiste.

Les cantons réclament une nouvelle solution urgente. Alain Berset n'y est pas opposé, mais se demande si le Parlement souhaite le faire. «On verra», dit-il.

Idées non majoritaires

Selon lui, permettre aux caisses maladie de choisir les médecins dont elles rembourseraient les coûts comme le souhaite la droite est une idée dont on peut discuter, mais «personne ne nous a montré comment ce serait faisable et surtout comment cela serait majoritaire». C'est de toute façon «un projet à un long terme».

Le socialiste n'est pas non plus convaincu par l'idée de caisses publiques cantonales relancée par son parti. Elle «n'est pas majoritaire sur le plan fédéral et je ne suis pas sûr qu'elle permette de corriger le fond du problème». Car quel que soit le nombre d'assureurs, le vrai défi reste le contrôle des prix des médicaments, de coûts de l'ambulatoire et des coûts hospitaliers.

Réviser les tarifs médicaux

Le PLR veut réduire les coûts de la santé grâce à une révision des tarifs médicaux. Passer en force ne permettra pas d'imposer une solution durable, objecte Alain Berset. Le Conseil fédéral est intervenu pour revaloriser pour 200 millions de francs les prestations des médecins de famille, mais les spécialistes semblent avoir corrigé ce manque à gagner par une augmentation des quantités.

Le ministre de la santé a aussi des soucis côté médicaments. Le Tribunal fédéral a retoqué la méthode de l'Office fédéral de la santé publique pour contrôler le prix des produits thérapeutiques, l'estimant lacunaire. Alain Berset refuse d'y voir un revers: selon lui, l'arrêt concerne l'ancien droit, le tir a été corrigé depuis mi-2015 et cette décision ne va pas forcément faire remonter le prix des médicaments.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • sirius50 le 08.01.2016 11:32 Report dénoncer ce commentaire

    Conneries a répétitions

    M. Berset arrêter vos connerie chaque fois que vous parlé de contrôle des cout on reçoit des augmentations de nos assurance!!!!!!! bien sur vous et tout les privilégiées ça ne vous concerne pas!!!! je suis retraité qui touche 1700fr. par mois et qui paye +de 500fr par mois !!!et vous que faite BLA:BLA:BLA!!!!!!!!!! c'est que ce que les politiciens savent faire Alors de grâce arrêté vos connerie Svp

  • Ubald le 08.01.2016 11:36 Report dénoncer ce commentaire

    Proposition

    M. Berset, je pense qu'il faut sincèrement étudier la propostion de M. Maillard, pour contrôler et baisser les coûts de la santé.

  • Flooo le 08.01.2016 12:38 Report dénoncer ce commentaire

    Berset le "socialiste"

    Le mec il est censé être "de gauche" mais il a jamais rien fait de social ou quoi que ce soit n'allant pas exclusivement dans le sens des assurances privées. On voit qu'il est plus attaché aux grands patrons qu'au peuple.

Les derniers commentaires

  • Jeanquirit Jeanquipleure le 11.01.2016 06:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Rien n'est simple tout se complique

    Pour mémoire la Lamal a été voulue par la socialiste R. Dreyfuss. La caisse unique a été rejetée par le peuple (majoritairement suisse alémanique). Les suisses exigent le système de santé le plus cher au monde.

  • Braivain le 10.01.2016 12:32 Report dénoncer ce commentaire

    Nouvelle calculation

    Qui serait d'accord de payer des primes d'assurances maladie au pourcent du salaire?

  • DansleVide le 09.01.2016 18:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Paroles parole

    Monsieur Berset, au lieu de perdre votre temps à gesticuler dans le vide, que je souligne est une fâcheuse habitude de votre part, voulez vous pas vous attaquer aux assurances maladies, leurs conseiller fédéraux et leur monstreuse arnaque?? Vous servez à quoi? Votre salaire est payé par le contribuable, faite preuve d'engagement que diable!

  • OK le 09.01.2016 14:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    LAMal, à quoi sers-tu?

    Offrir la possibilité de faire des commentaires sur un sujet pareil permet d'avoir un maximum de commentaires, de surcroît tranchés, afin de correspondre aux objectifs de rendement fixés.

  • untel le 09.01.2016 10:51 Report dénoncer ce commentaire

    Usure

    Que de belles promesses nous fait M. Berset et pas seulement aujourd'hui quand les augmentations ont eu lieu. Et je ne crois me tromper en disant que ça durera encore un moment. Le Père Noël, qui y croit encore?