Bilinguisme

20 février 2014 13:39; Act: 20.02.2014 13:42 Print

Bienne prolonge le projet jusqu'en 2018

La Ville de Bienne va prolonger le projet de filière scolaire bilingue jusqu'en 2018. Cette deuxième phase concerne les années de la 3e à la 6e primaire (5e à 8e Harmos).

Sur ce sujet
Une faute?

Cette structure est également ouverte aux enfants étrangers pour éviter un modèle élitiste. L'évaluation positive de ce projet-pilote lancé en 2010 a convaincu les autorités municipales biennoises et cantonales bernoises à le prolonger pour les quatre prochaines années. La filière bilingue compte huit classes, soit un total de quelque 160 élèves, dans un collège du centre-ville.

«Ce projet est original parce que pour la première fois une filière scolaire obligatoire est conduite par deux corps enseignants, romand et alémanique», a relevé jeudi le conseiller municipal Cédric Némitz. «C'est unique en Suisse», a ajouté le directeur de la formation de la Ville de Bienne.

Enfants allophones

Dans cette filière, les enfants suivent donc dès l'école enfantine des cours donnés par des enseignants de langue française et de langue allemande dans un groupe mixte. A l'école enfantine, les cours sont donnés en dialecte puis en allemand standard.

Les classes bilingues sont formées environ à part égales d'enfants germanophones, francophones et allophones. Pour les autorités, il s'agit de ne pas exclure les enfants migrants. L'objectif pour ces prochaines années est d'étendre cette filière dans des quartiers périphériques avec une proportion plus élevée d'étrangers.

«Une filière pour des enfants privilégiés ne peut pas être un modèle pour Bienne», a souligné le conseiller municipal socialiste. Le conseiller d'Etat bernois Bernhard Pulver a lui aussi souligné l'importance de l'égalité des chances pour tous les enfants et de l'intégration des élèves allophones.

Climat apaisé

Le lancement de ce projet s'était heurté au scepticisme du corps enseignant qui redoutait une surcharge de travail. Mais le climat s'est apaisé. «Nous n'avons aucune difficulté à recruter des enseignants pour la filière bilingue», a assuré Cédric Némitz.

Le développement et les compétences linguistiques des élèves de la filière bilingue sont comparables à ceux des élèves d«autres écoles. De plus, ces enfants développent rapidement des compétences dans l«autre langue, selon les autorités. La demande de places continue à dépasser l«offre avec 3 à 4 fois plus de demandes d'inscription que de places disponibles.

Législation cantonale

Plus grande ville bilingue de Suisse, Bienne avait dû attendre l'entrée en vigueur de la révision en 2008 de la loi sur l'école obligatoire pour lancer son projet de quatre ans. Cette filière bilingue a débuté avec quatre classes. Chaque année, une autre classe a démarré. Une offre bilingue existait déjà auparavant au niveau du gymnase.

(ats)