Lucerne

14 février 2019 09:08; Act: 14.02.2019 09:08 Print

Bocaux d’urine en vente dans un supermarché

Un artiste a installé un stand dans le mall d’une grande surface. Il y vend du pipi récolté lors d’une exposition.

storybild

Les bocaux d'urine sont vendus 18.90 CHF. (Photo: Digitallu)

Une faute?

Les visiteurs du centre commercial Otto’s, à Sursee, risquent d’être très surpris. L’artiste Wetz y a installé une minigalerie d’art temporaire. Sur des étagères, le chaland peut découvrir des bocaux contenant un liquide d’un jaune profond et vendus 18 fr. 90 pièce. Ce fluide est en fait de l’urine provenant du KKLB, un centre culturel de Beromünster.

Démarche artistique

«Nous avons fourni des récipients que les visiteurs ont remplis dans les toilettes», commente l’artiste Wetz. L’idée a été bien accueillie par les «donateurs»: «Il y a même eu un grand engouement!» ajoute-­t-il. Ces petits pots sont désormais à vendre jusqu’à la fin mai. Mais visiblement, ce n’est pas la ruée. Aucun récipient n’a encore trouvé preneur à Sursee, tandis qu’une cinquantaine ont déjà été écoulés au KKBL.

Les réactions des clients du centre sont mitigées. «Je pense que l’art conventionnel a du bon, déclare l’un d’eux. Mais ces œuvres-ci me semblent discutables.» Un autre est étonné qu’on puisse appeler ces bocaux de l’art...

Ouverture à l'art

Wetz justifie le choix d’une succursale d’Otto’s par le fait qu’il veut offrir de l’art aux gens dans un lieu qu’ils connaissent. Ces visiteurs n’auraient certainement jamais poussé la porte d’une ­galerie d’art conventionnelle, pense-t-il.

Le site Zentralplus précise que l’artiste a obtenu les au­torisations nécessaires pour pouvoir vendre ces pots. Sur l’étiquette, il a toutefois dû ajouter: «À usage externe» et «À ne pas avaler».

(tst/dag/jbm)