Déchêts chimiques

09 juin 2011 09:54; Act: 09.06.2011 15:18 Print

Bonfol: des vidéos inédites de l'explosion

Le Collectif Bonfol a diffusé 17 vidéos de caméras de surveillance de la décharge chimique. L'une d'elles montre un nuage de poussières qui s'était échappé après l'explosion du 7 juillet 2010.

Sur ce sujet
Une faute?

Le Collectif Bonfol a publié en ligne 17 séquences vidéo inédites de l'explosion de déchets chimiques de la décharge de Bonfol survenue le 7 juillet 2010. Enregistrées par les caméras de surveillance du site, toutes les vidéos, à une exception près, n'avaient jusqu'à présent jamais été diffusées par la Basler Chemische Industrie (BCI).

Manque de transparence

Un manque de transparence que dénonce le Collectif regroupant le WWF, les Verts français, le syndicat Unia, Pro Natura et Greenpeace. D'autant qu'une séquence montre que l'explosion a soulevé un nuage de poussières de déchets chimiques, selon l'organisation. Il s'est échappé de la halle pour ensuite se diriger vers la ferme voisine et le village de Bonfol.

«A l'heure actuelle, personne ne connaît encore la nature des polluants de la décharge de déchets chimiques qui, par le biais du nuage de poussières, ont contaminé un travailleur, le personnel médical du service des urgences de l'hôpital de Porrentruy et l'environnement», explique le Collectif dans un communiqué.

Les analyses d’air, et non de poussières, effectuées par les sapeurs-pompiers dépêchés sur place, ne permettent pas de déterminer la nature des toxines présentes dans les poussières, dénonce-t-il. De plus, les secours auraient été appelés une heure après l'explosion, selon les propos du Collectif.

Prise de position

Jointe par «20 minutes», la société bci Betriebs AG, l'entreprise responsable de l'assainissement du site, se défend de son côté d’avoir intentionnellement retenu les enregistrements. Ces derniers ont été mis à disposition de la police cantonale jurassienne, de la police scientifique de Zürich ainsi que des autorités jurassiennes compétentes le jour de l'incident, explique-t-elle dans un communiqué. «Il est d'usage de ne pas rendre publiques durant la phase d’investigation des éléments et des informations pouvant contribuer à élucider un évènement», déclare la société qui juge «étonnants» les reproches qui lui sont faits. Surtout que toutes les vidéos ont été présentées au Collectif lors de la dernière séance commune qui a eu lieu à Bonfol, affirme l’entreprise.

Quant aux pompiers, ils ont effectué des mesures de la qualité de l’air et d'immissions de poussières en quatre endroits autour de la décharge – dont deux dans la direction du vent - le 7 juillet 2010, sans relever d'impacts, précise la société.

(man)