Prix des loyers

15 juin 2011 19:17; Act: 15.06.2011 19:23 Print

Bords des lacs un peu plus chers

Habiter au bord du lac entraîne des frais de loyers supplémentaires à peine plus élevés qu'une vue sur les montagnes.

Une faute?

Publié mercredi, cet état des lieux, dressé par une étude nationale de la Banque cantonale de Zurich et de l'Office fédéral de l'environnement (OFEV), mesure l'impact de l'environnement et de la situation d'un logement sur le niveau des loyers. Il a été réalisé grâce à un mode d'évaluation unifié pour toute la Suisse et au système d'information géographique GIS, indique la banque.

A logement égal, le loyer augmente ainsi de 12% en moyenne si l'appartement avec vue se trouve directement au bord d'un lac. Si l'appartement offre une vue sur les montagnes, les surcoûts de loyers atteignent 10,4%. De manière générale, les situations privilégiées peuvent entraîner une différence de loyer allant jusqu'à 30%, observe l'établissement financier.

Centres urbains et fiscalité en ligne de compte

Le montant du loyer dépend en outre de la proximité du grand centre urbain le plus proche. La facture augmente ainsi de 5% par dizaine de minutes de déplacement en moins.

La fiscalité joue également son rôle. Une baisse d'impôts de 2% entraîne par exemple une augmentation de loyer de 6% en moyenne, constate la banque.

Impact du bruit

Les responsables de l'étude ont aussi réussi à chiffrer l'impact du bruit sur le prix de l'habitat. Ainsi, le passage de trains entraîne la plus forte réduction de loyer: -0,26% par décibel dépassant le seuil de tolérance. Cette baisse est de 0,19% pour le bruit de la route et de 0,11% pour celui des avions.

A l'inverse, les mesures anti-bruit peuvent provoquer des surcoûts importants. La réduction du trafic routier dans une rue de Zurich suite à l'inauguration en 2009 d'une nouvelle autoroute de contournement a par exemple entraîné des hausses de loyer dépassant parfois les 40% dans le quartier.

(ats)