«Bilatérales III»

08 février 2011 10:22; Act: 08.02.2011 10:29 Print

Calmy-Rey négocie à Bruxelles

La présidente de la Confédération évoquera mardi avec le président de la Commission européenne le futur développement des relations bilatérales entre la Suisse et l'Union européenne (UE).

Une faute?

La présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey effectue mardi une visite très attendue à Bruxelles, où elle rencontrera notamment le président de la Commission européenne José Manuel Barroso.

Dans ce qui pourrait être une rencontre difficile, les deux parties débattront de la future approche globale du Conseil fédéral dans la poursuite de la voie bilatérale avec Bruxelles. Mme Calmy- Rey aura également des entretiens avec le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, et avec le président du parlement européen, Jerzy Buzek.

Bruxelles attend des éclaircissements de la part de Berne sur le dossier des «Bilatérales III». Il incombera à la ministre des Affaires étrangères d'expliquer quels thèmes seront insérés dans ce paquet. Les cercles concernés à Bruxelles sont conscients d'avoir à traiter d'un sujet «délicat» avec ce nouveau paquet de bilatérales.

Confiance

La semaine dernière, lors d'une visite à la présidence hongroise de l'UE à Budapest, la conseillère fédérale s'est dite confiante sur la possibilité d'ouvrir des négociations sur un nouveau paquet d'accords bilatéraux. M. Barroso «est un homme ouvert», avait-elle dit, «il y a toutes les chances que la Suisse puisse se mettre d'accord sur des bases de négociations communes» avec Bruxelles.

Le Conseil des ministres des affaires étrangères des 27 pays membres de l'UE avait fait le constat en décembre dernier que la voie bilatérale «avait atteint ses limites». L'UE souhaite un ajustement dynamique. Il s'agira donc pour M. Barroso et Mme Calmy- Rey de s'accorder mardi sur un plan de travail efficace pour avancer dans les négociations.

Pour définir le cadre des futures pourparlers avec l'UE, Berne se dit prêt à chercher des solutions sur les questions institutionnelles en suspens et vérifier si ces règlements pourraient faire partie des bilatérales III. Pour l'UE, un «paquet élargi» pourrait être envisageable pour autant que la Suisse se positionne justement sur les questions institutionnelles.

(ats)