Présidence de la Confédération

17 octobre 2009 11:32; Act: 17.10.2009 11:32 Print

Calmy-Rey plaide pour un mandat de quatre ans

La conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey souhaite un mandat de quatre ans couplé avec la direction du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

Une faute?

«Les présidents jouent un rôle de plus en plus important en politique étrangère», dit la conseillère fédérale dans une interview publiée samedi par le quotidien «Le Matin». Le mandat présidentiel ne devrait pas être inférieur à quatre ans, «car il ne faut pas que le DFAE change trop fréquemment de chef», estime-t-elle.

Avant elle, les conseillers fédéraux Pascal Couchepin et Didier Burkhalter, à l'origine d'un projet de réforme alors qu'il était au Parlement, ont appelé à une extension de la durée de la présidence. Le président de la Confédération Hans-Rudolf Merz a lui dit récemment être séduit par cette solution sans avoir toutefois encore un «avis tranché» sur la question.

La ministre des affaires étrangères met en garde aussi contre le manque de moyens du DFAE. «Notre politique étrangère exige des ressources. Il en va de notre sécurité et de notre bien-être», déclare-t-elle. Elle explique que 80 % des représentations suisses à l'étranger totalisent 1,3 diplomate en moyenne.

Sur l'affaire Kadhafi, la ministre évoque des partenaires que Berne a contactés. Mais «les tentatives de médiation de tiers n'ont pas donné de résultats». «Dès le début, les Libyens ont émis le souhait très clair de voir ce dossier géré de façon bilatérale étant donné sa composante familiale», explique-t-elle.

La Genevoise ne souhaite pas en revanche s'exprimer sur le scénario après le 20 octobre. Cette date est souvent évoquée pour le terme des 60 jours prévus pour la normalisation des relations avec la Libye décidée dans l'accord signé à Tripoli en août dernier par le président de la Confédération Hans-Rudolf Merz.

(ats)