Lucerne

04 décembre 2019 00:06; Act: 04.12.2019 11:19 Print

Cassis plaide pour l'accord-cadre avec l'UE

S'exprimant au Forum européen de Lucerne mardi, le chef de la diplomatie suisse a demandé de la patience pour conclure l'accord-cadre avec l'Union européenne.

storybild
Sur ce sujet
Une faute?

Le chef de la diplomatie suisse Ignazio Cassis a plaidé mardi soir en faveur de l'accord-cadre institutionnel entre la Suisse et l'Union européenne, tout en requérant la patience. Des évènements de politiques intérieure et extérieure sont en effet encore attendus.

Le Conseil fédéral souhaite conclure l'accord-cadre quand des solutions satisfaisantes auront été trouvées dans les domaines de la protection des salaires, des aides étatiques et de la directive sur la citoyenneté, a déclaré le conseiller fédéral PLR. «La qualité est plus importante que le moment», a insisté celui qui s'exprimait au Centre culturel et des congrès (KKL) de Lucerne lors du Forum européen.

Mais les demandes de la Suisse seront présentées après la votation sur l'initiative de l'UDC «pour une immigration modérée», prévue au printemps prochain, a précisé Ignazio Cassis. Cette initiative vise à résilier la libre circulation des personnes.

Lettre à von der Leyen

À l'extérieur, l'imminence du Brexit pousse l'UE à la rigidité, et pèse sur les relations entre Berne et Bruxelles. Pour Ignazio Cassis, il s'agit d'établir un climat positif et d'éviter une escalade supplémentaire avec Bruxelles. On sent, de la part de l'Union européenne, une certaine lassitude envers la Suisse, qui fonctionne trop lentement. Une lettre a toutefois été envoyée à la nouvelle présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, dont Berne espère une réponse encore avant Noël.

L'accord-cadre est nécessaire pour protéger les intérêts à long terme de la Suisse, pense le chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Il s'agit de faire une mise à jour, comme pour une application d'un téléphone portable, car le pays évolue, a-t-il illustré.

Accélération ou attente?

Lors d'une table ronde, Hans Hess, président de Swissmem, et Flavia Kleiner, d'Opération Libero, ont demandé une accélération de l'allure pour parvenir à la conclusion de l'accord-cadre. Le premier a fustigé un manque de courage du Conseil fédéral.

Pour Peter Spuhler, président du conseil d'administration de Stadler Rail, il est au contraire pertinent d'attendre la mise en place du Brexit, ainsi que le résultat du vote sur l'initiative de l'UDC, à laquelle il s'est dit opposé.

Créé en 1996, l'Europa Forum de Lucerne est organisé deux fois l'an. Il traite à chaque fois de thèmes internationaux dans lesquels les relations entre la Suisse et l'UE jouent un rôle important. La prochaine édition aura lieu les 25 et 26 novembre 2020.

(nxp/ats)