Thurgovie

09 août 2017 09:29; Act: 09.08.2017 12:27 Print

Chevaux maltraités: l'éleveur était subventionné

L'homme dont les bêtes ont été évacuées mardi, touchait des subventions. Or, tout le monde savait qu'il maltraitait les animaux.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

L'affaire choque fortement en Suisse alémanique. Les médias relaient tous, ce mercredi, l'évacuation vers un centre militaire à Schönbühl (BE) de 90 chevaux d'un éleveur qui maltraitait ses animaux à Hefenhofen (TG). Et pas seulement des chevaux, puisque une centaine de porcs, 50 boeufs, une douzaine de moutons, trois chèvres et quelques lamas ont également été placés ailleurs.

L'homme, âgé de 49 ans, a en effet été plusieurs fois condamné pour mauvais traitements envers les animaux. Mais, relève le Tages-Anzeigerqui s'est fait confirmer ces dires par les autorités cantonales thurgoviennes, il continuait de recevoir des paiements directs agricoles. Impossible cependant de savoir combien l'homme a touché ces dernières années.

D'autres élevages ailleurs

De son côté, le Blickrelève que l'agriculteur posséderait d'autres élevages ailleurs qu'en Thurgovie. Notamment aux Grisons, près de Davos, où il possèderait au moins six chevaux. Deux sont extrêmement maigres, relève le journal.

Et le journal le souligne: tout le monde se rendait compte des maltraitances infligées à ses bêtes par l'éleveur. Mais personne n'a rien dit ou osé dire. L'homme était violent. Au cours des 9 derniers mois, l'exploitation a été contrôlée à plusieurs reprises. A chaque contrôle, les fonctionnaires ont été insultés, menacés et entravés dans leur travail, plus particulièrement le vétérinaire cantonal, a expliqué mardi le chef du Département de l'intérieur et de l'économie de Thurgovie. Les contrôles étaient effectués à chaque fois sous protection policière.

Une chose est sûre: cette affaire remet en question la protection des animaux, relève pour sa part la Neue Zürcher Zeitung. Car beaucoup de monde se demande aujourd'hui comment l'éleveur a pu aller si loin dans la maltraitance envers ses bêtes dans un pays comme la Suisse, alors que les autorités étaient informées.

Plus d'inspections inopinées?

Faut-il dès lors renforcer la loi sur la protection des animaux? Rien n'est moins sûr, souligne la NZZ. Selon les premiers constats des organisations de protection des animaux, il n'existe pas dans la loi une faille qui permettrait à de telles fermes d'échapper à tout contrôle. «Ses bases sont bonnes», selon le directeur de la Protection suisse des animaux (PSA). Hans-Ulrich Huber ne réclame donc pas de contrôles plus stricts. Il souhaiterait en revanche davantage d'inspections inopinées chez des éleveurs supposés à risque. «Les contrôleurs sentent parfaitement qui peut poser problème», dit-il à la NZZ.

Le directeur de la PSA relève un autre problème, d'ordre politique cette fois. Il mentionne ainsi le cas d'un vétérinaire cantonal par intérim qui n'a pas reçu l'aval du conseiller d'Etat en charge du département, car celui-ci, proche des milieux paysans, aurait eu peur de déplaire à son électorat.

(cht/nxp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Barcarolle le 09.08.2017 11:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    paradis des récidivistes

    Typique du système judiciaire suisse. Beaucoup trop de clémence avec les multirécidivistes. Ce type aurait déjà du être interdit à vie de posséder ou s'occuper d'animaux.

  • Grandmaman le 09.08.2017 11:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Une

    non mais c'est une honte pour notre administration, il faisait peur, case prison ou hôpital, confiscation de ses biens et animaux. Car c'est votre travail ça. Manque de courage

  • Aless le 09.08.2017 11:15 Report dénoncer ce commentaire

    Mais que font nos autorités ?

    L'agriculteur est à blâmer, mais que dire de l'employé qui a pris ces photos plusieurs mois durant ?! comment n'est-on pas intervenu plus rapidement ??? Inimaginable et inexcusable, surtout dans un pays qui se dit "développé".

Les derniers commentaires

  • ptit rapporteur le 10.08.2017 08:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    désolant

    Ah! il y avait des contrôles et malgré cela aucune suspension des subvention?

  • eggus le 09.08.2017 17:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La grosse honte

    Honte a vous tous vous faites une grosse polémique pour des animaux mais quand c est des enfants mal traités et qui décèdent à cause de ça personne en parle vous êtes pathétique c est honteux

    • maguy le 09.08.2017 22:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @eggus

      ici on parle des chevaux ! Ne mélangez pas toit ok

    • Max Blauenstein le 10.08.2017 22:02 Report dénoncer ce commentaire

      Il n'a pas de hiérarchie dans l'horreur

      L'un n'empêche pas l'autre ! ... Mais les animaux sont en détention, cachés et sans défense, leurs propriétaires ont droit de vie et de mort sur eux : Ca donne à réfléchir ...

  • jek hill le 09.08.2017 16:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    scandale

    Voici ou passe l argent du contribuable sans contrôle aucun et ce au détriment des agriculteurs respectueux de leurs animaux. un scandale . Qu on lui fasse rendre l argent qui lui a été versé et qu on le mette en prison en lui faisant manger son pain moisi.

  • Chris le 09.08.2017 16:42 Report dénoncer ce commentaire

    Quelle bande de froussards !

    Et par contre, si on récidive avec des amendes de bus on peut finir en tôle, c'est dégueulasse une telle complaisance qui tire vers la complicité. Tous ces fonctionnaires qui sont dans leur bureau n'ont aucun courage lorsqu'il faut vraiment faire quelque chose !

  • Stéphane Pittet le 09.08.2017 14:46 Report dénoncer ce commentaire

    Scandaleux

    Ah bon ... depuis quand ces espèces de cages font offices de boxes à chevaux ???? même là on ferme les yeux ?! c'est dégueulasse vraiment et les conditions d'élevage et les conditions des soins ! Si les vétérinaire cantonaux commencent aussi à fermer les yeux sur la maltraitance franchement je ne sais pas où on va là !Nous sommes ne 2017 et au lieu d'évoluer, l'humain maltraite toujours plus les animaux et ça va de pire en pire