Suisse

07 novembre 2018 11:17; Act: 07.11.2018 11:59 Print

Chrétiens, musulmans et juifs unis pour les réfugiés

Une déclaration interreligieuse pour protéger les réfugiés a été publiée mercredi par le Conseil suisse des religions. Une démarche inédite soutenue par le HCR.

storybild

Image d'illustration (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Pour la première fois, juifs, chrétiens et musulmans de Suisse publient mercredi une déclaration commune sur les réfugiés. Ils invitent leurs membres à s'engager en leur faveur et en appellent à la responsabilité de l'Etat et du monde politique.

«Pour les juifs, les chrétiens et les musulmans, tout être humain est une créature de Dieu et est de ce fait placé sous sa protection. Pour nous, croyants, il en découle une responsabilité particulière à l'égard des réfugiés», explique Harald Rein, évêque de l'Eglise catholique-chrétienne de Suisse et président du Conseil suisse des religions, cité dans un communiqué.

Cette déclaration, au caractère unique, signifie un grand pas en avant pour le dialogue interreligieux, soulignent les différentes communautés. Le projet est soutenu par l'Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Cinq appels

Concrètement, les communautés représentées au Conseil suisse des religions lancent cinq appels visant la politique suisse en matière de réfugiés. Le premier réclame des procédures d'asile équitables, qui appliquent la définition du réfugié au sens de la Convention de Genève. Les personnes touchées par une guerre civile devraient ainsi bénéficier du statut de réfugié au lieu d'une admission temporaire.

Un autre appel traite de la protection sur place des personnes, qui doit être un objectif important de la politique suisse des réfugiés et des affaires étrangères. De même, le droit à la vie de famille doit être pris en compte, ainsi que la nécessité d'une intégration rapide.

Respect des règles locales

Dans ce domaine en particulier, les communautés religieuses soulignent pouvoir apporter leur contribution, en assumant ou en soutenant le travail bénévole, l'aide entre voisins ou les initiatives individuelles. La déclaration rappelle parallèlement l'importance du respect des règles locales de la part des réfugiés.

Pour les personnes qui ne remplissent pas les critères d'octroi d'une protection, les communautés appellent à un renvoi dans la dignité. En font partie les standards en matière de droits humains, ainsi que l'observation du principe de l'intérêt de l'enfant dans toutes les situations.

Réinstaller les réfugiés

Enfin, le cinquième appel traite de la réinstallation. Il est concrètement demandé à l'Etat et au monde politique de faire de la réinstallation de réfugiés en provenance de régions en crise un instrument institutionnel de long terme de la politique suisse de l'asile.

La Suisse a décidé au cours des dernières années d'accueillir 3500 réfugiés, pour la plupart victimes de la guerre en Syrie, rappelle le communiqué. Le dernier de ces programmes d'accueil prend fin l'année prochaine.

(nxp/ats)