Suisse

05 février 2019 21:33; Act: 05.02.2019 22:15 Print

Cinq villes veulent donner la priorité aux deux-roues

Des localités réclament que la Confédération avalise le principe de rues cyclables, dont les tests donnent satisfaction. Mais Berne veut attendre un peu.

storybild

Dans les «rues cyclables», le vélo est roi. (Photo: Tages-Anzeiger/Urs Jaudas)

Une faute?

Cinq grandes villes alémaniques réclament l'introduction définitive des rues cyclables. Elles tirent un bilan positif de leurs projets pilotes et déplorent que l'Office fédéral des routes (OFROU) refuse de passer à la vitesse supérieure.

Dans les rues testées à Berne, Bâle, Zurich, Lucerne et Saint-Gall, les cyclistes ont la priorité sur les autres usagers de la route. Contrairement aux voitures, les vélos ne doivent pas ralentir à chaque croisement. Le projet des rues cyclables n'est pas destiné aux axes routiers principaux. Il permet aux cyclistes de circuler efficacement en ville dans un environnement plus sûr.

L'OFROU veut consulter davantage

Mais l'échantillon limité et la courte durée des essais «ne permettent pas de tirer des conclusions indiscutables sur l'utilité générale des rues cyclables», estime l'OFROU dans son rapport final, publié en janvier, sur les projets pilotes menés en 2016 et 2017. La Confédération entend donc mener des discussions supplémentaires avec les organisations spécialisées. Les rues cyclables testées pourront rester en service pendant ce temps.

Ce point de vue ne satisfait pas les cinq villes pionnières. Elles réclament l'inscription de la signalisation des rues cyclables dans la loi. Elles l'ont fait savoir dans le cadre de la mise en consultation de la modification des règles de circulation routière et des directives de la Confédération en matière de signalisation.

Il est essentiel d'ancrer les rues cyclables sur le plan légal au niveau fédéral afin de pouvoir à l'avenir les planifier et les aménager en conséquence, soulignent les cinq villes dans un communiqué. Et de rappeler que le peuple suisse a approuvé nettement en septembre dernier que l'encouragement des déplacements à vélo soit renforcé.

Acceptation et résultats prometteurs

Les résultats des essais sont prometteurs, observent les villes concernées. Les rues cyclables testées - un à deux tronçons à faible trafic par ville - sont bien acceptées. Ces données se basent aussi bien sur des mesures chiffrées que sur des sondages auprès des cyclistes, des automobilistes et des piétons.

Les rues cyclables ont augmenté le confort pour le trafic cycliste, sans empiéter sur la qualité des conditions des autres usagers de la route. Elles n'ont pas entraîné davantage d'accidents et garantissent un sentiment de sécurité élevé, observent les cinq villes. Aucune tendance à des excès de vitesse n'a été observé parmi les cyclistes empruntant les rues testées.

Signalisation

Concrètement, les panneaux de signalisation et le marquage sur la chaussée du symbole du vélo clarifient qu'il s'agit de rues cyclables. Ils améliorent aussi la visibilité des cyclistes, soulignent les villes pilotes.

Les essais confirment les expériences positives réalisées en matière de rues cyclables dans d'autres villes européennes. Ils ont aussi démontré que les rues cyclables ne sont adéquates que sur des axes bien particuliers. Ils ne se limitent pas à une solution bon marché, écrivent les cinq villes. Il faut les planifier et les aménager avec soin.

Convaincues des bienfaits des rues cyclables, les villes pilotes vont continuer de collaborer étroitement avec la Confédération. Selon elles, ce concept constitue aujourd'hui déjà une pièce importante dans la mosaïque de l'encouragement au trafic cycliste.

(ats)