Gardes-frontière

22 février 2011 14:25; Act: 22.02.2011 14:31 Print

Clarification des tâches demandée

La commission de la politique de sécurité du National renonce finalement à exiger une hausse de 200 à 300 postes.

Une faute?

Le Conseil fédéral devra affecter des effectifs suffisants au Corps des gardes-frontière (Cgfr). La commission de la politique de sécurité du National renonce finalement à exiger une hausse de 200 à 300 postes. Mais elle veut une clarification des tâches policières entre Confédération et cantons.

Sans opposition, la commission recommande au plénum de s'aligner sur les corrections apportées par le Conseil des Etats à une motion de Hans Fehr (UDC/ZH). Le texte demande que les gardes-frontière disposent d'effectifs suffisants pour garantir des contrôles aussi nombreux que l'exige la situation.

Initialement, il était question d'une augmentation de 200 à 300 postes. Le Conseil fédéral s'est opposé à la motion en janvier, se contentant d'accorder 35 emplois supplémentaires. Les exigences des gardes-frontière, notamment genevois, qui réclament une centaine de collaborateurs de plus restent ainsi en suspens.

La commission souhaite que la Confédération et les cantons procèdent ensemble à un examen de la répartition des tâches. Il s'agit de démêler l'écheveau entre polices cantonales et Cgfr dans les zones de frontière, mais également dans les aéroports et les trains.

La commission souhaite un catalogue des tâches sécuritaires devant être fournies par les cantons et de celles pouvant être déléguées aux gardes-frontière, moyennant une indemnisation. Le Département de justice et police est en train de consulter les milieux intéressés à ce sujet. Il a promis de présenter ensuite un plan d'action.

(ats)