Double meurtre de Boppelsen

19 septembre 2019 20:57; Act: 19.09.2019 20:57 Print

L'ancienne codétenue de l'accusée se confie

Alors que le procès de trois complices pour deux meurtres se tient à Bülach, l'ex-voisine de cellule de Corine K. s'est confiée et décrit l’accusée comme une femme froide et sans émotion.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Le Tribunal de district de Bülach est actuellement saisi de l'affaire de Boppelsen. Un couple et un complice sont accusés du double meurtre d'un Serbe et d'un camionneur à qui le trio voulait voler le véhicule pour le revendre. Par deux fois, la victime a été lentement étouffée après avoir été bâillonnée avec du ruban adhésif. Au troisième jour du procès, lundi, le procureur a requis la perpétuité contre Corine K., Thomas K. et Markus N.

Mais depuis mercredi, un témoignage inattendu vient s'ajouter au dossier déjà très lourd de l'accusée Corine K. C'est en effet l'ex-codétenue de la meurtrière présumée qui nous a contactés pour déballer tout ce que cette dernière lui avait confié en prison. Et Corine K. n'affiche visiblement pas le même visage face au juge qu'à l'ombre de sa cellule.

Dix semaines en prison avec Corine K.

En évoquant les événements tragiques d'avril et juin 2016 au tribunal, la prévenue avait fondu en larme et s'était présentée comme une femme sous la coupe de son mari dans un mariage brisé et avec de gros problèmes d'argent. Mais le portrait de Corine K. dépeint par son ex-voisine de cellule en est diamétralement opposé.

Elle a passé dix semaines avec l'accusée à la prison de Dielsdorf et a travaillé avec elle en cuisine. «A un moment donné, Corine a commencé à me parler des actes dont elle était accusée, témoigne-t-elle. Ce n'est pas une femme qui pleure. Corine est froide, sans cœur et sans émotion.» Lorsqu'elle lui parlait des actes dont elle était accusée et des cadavres qu'elle a dû déplacer, elle le faisait sur un ton sombre et froid, révèle la détenue: «Elle n'a jamais montré un quelconque sentiment de culpabilité ni même de remords.»

«Deux personnes ont été tuées de la manière la plus brutale, les proches méritent la vérité totale», explique l'ex-prisonnière. C'est pourquoi elle a décidé de contacter la presse afin de s'adresser publiquement à Corine K.

(lom/jfu)