Centrale de Mühleberg

15 mars 2011 10:24; Act: 15.03.2011 16:19 Print

Comment évacuer 500'000 personnes?

par Ronny Nicolussi/rga - En cas d’évacuation de la population dans un rayon de 30 km autour de la centrale atomique de Mühleberg (BE), les autorités seraient bien embarrassées.

storybild

Deux zones d'évacuation possibles d'un rayon de 20 ou 30 km autour de Mühleberg. (Infographie: Sven Rüf/Google Maps)

Sur ce sujet
Une faute?

Si la centrale de Mühleberg devait subir le même sort que celle de Fukushima au Japon et si les autorités décidaient de faire évacuer la population dans un rayon de trente kilomètres autour de la centrale bernoise, comme c’est le cas au Japon, des centaines de milliers de personnes seraient concernées dans cette zone très peuplée du plateau suisse.

Les instances compétentes pour organiser et mener à terme ce genre d’opération semblent loin de maîtriser dans tous les détails les aspects organisationnels d’une telle entreprise.

Jusqu’à fin 2010, le concept était relativement simple: en cas d’alerte, les citoyens devaient se rendre dans les abris individuels ou collectifs, y écouter et suivre les messages diffusés par la radio, attendre que la crise passe. Kurt Münger, chef de l’information à l’Office fédéral de la protection de la population (OFPP), confirme que cette mesure continue à être un des piliers du dispositif suisse en cas d’alerte atomique: «Les abris offrent une bonne protection contre la radioactivité», constate-t-il dans «20 Minuten Online».

Mais que se passerait-il s’il fallait évacuer la population malgré tout? Les autorités fédérales viennent de remettre à jour un concept en cas de protection d’urgence des populations résidentes près des centrales nucléaires, qui est entré en vigueur au début de l’année. Ce dernier prévoit différentes «phases» d’évacuation, correspondant à la gravité du danger, mais il n’est pas fait mention des mesures concrètes qui interviendraient en cas d’une évacuation réelle.

Kurt Münger admet que «des calculs précis doivent encore être entrepris dans ce domaine». L’OFPP et l’EPFZ travaillent actuellement sur un projet allant dans ce sens mais il ne sera pas achevé avant trois ans. Des résultats concrets n’existent pas encore.

En d’autres termes: si une catastrophe semblable à celle que subit présentement le Japon devait menacer la Suisse, on ignore le degré de préparation de nos autorités. Kurt Münger a le mérite de l’admettre: «Personne ne peut affirmer avec certitude que nous serions à même de maîtriser pareille catastrophe en Suisse».

On sait cependant que pareille évacuation ne serait pas de la compétence de la Confédération mais des cantons concernés. Ils seraient responsables de la relocalisation de la population. Münger se veut rassurant: «Il existe un tas de possibilités dans les installations de la protection civile, les salles de gym et pourquoi pas chez des proches?».

Cela suffirait-il pour plus de 500'000 personnes? Le porte-parole de l’OFPP considère cette éventualité comme peu vraisemblable: «Il faudra d’abord évacuer la zone 1, dans un rayon de 3 à 5 km. On procéderait ensuite à l'évacuation de certaines parties de la zone 2, dans un rayon de 20 km». Il n’empêche que si un nuage radioactif devait se déplacer de Mühleberg en direction de Berne, cela concernerait en très peu de temps plusieurs dizaines de milliers de personnes.

Les commentaires les plus populaires

  • Marc le 17.03.2011 10:08 Report dénoncer ce commentaire

    Psychose déplacée

    C'est quand-même assez amusant de voir la psychose qui s'installe alors que la centrale a parfaitement résisté au tremblement de terre ! Le problème vient d'une panne d'électricité et des blocs diesels de secours noyés dans l'eau qui n'ont pas pris le relai et de facto pas pu assurer le fct des pompes de refroidissement. C'est un faux débat que de remettre en cause tout le nucléaire pour un problème d'étanchéité de bâtiments. Combien d'entre vous continueront de demander l'arrêt du nucléaire lorsque votre facture d'électricté perso. fera *4 ou 5 ?

  • Semipalatinsk le 15.03.2011 13:38 Report dénoncer ce commentaire

    Oui, mais...

    C'est bien joli de dire que le nucléaire doit disparaître, mais par quoi le remplacer ? C'est pas une dizaine d'éoliennes ou des m2 de panneaux solaire qui suffiront... En attendant les "anti-nucléaires" sont bien ravis de pouvoir conter sur Mühleberg pour suivre le 20 Minutes Online :)

  • Citoyen concerné le 15.03.2011 11:24 Report dénoncer ce commentaire

    Bombe imminente Mühleberg

    ... Etant directement concerné par un accident nucléaire à Mühleberg, la situation japonaise interpelle très sérieusement. Ne parlons même pas du tremblement de terre, mais simplement déjà de l'accident technique sur cette vieille centrale rafistolée, avec une cuve fissurée, réparée par des "agrafes". C'est de l'inconscience. Il faut fermer Mühleberg, dans les mois à venir, avant que le cataclysme nous noie dans un scénario millénaire. STOP à l'atome, STOP à cette fausse certitude sécuritaire. Laissons fumer les gens, interdisons le nucléaire et consommons moins d'énergie.

Les derniers commentaires

  • Marc le 17.03.2011 10:08 Report dénoncer ce commentaire

    Psychose déplacée

    C'est quand-même assez amusant de voir la psychose qui s'installe alors que la centrale a parfaitement résisté au tremblement de terre ! Le problème vient d'une panne d'électricité et des blocs diesels de secours noyés dans l'eau qui n'ont pas pris le relai et de facto pas pu assurer le fct des pompes de refroidissement. C'est un faux débat que de remettre en cause tout le nucléaire pour un problème d'étanchéité de bâtiments. Combien d'entre vous continueront de demander l'arrêt du nucléaire lorsque votre facture d'électricté perso. fera *4 ou 5 ?

  • Jean-Luc le 16.03.2011 07:47 Report dénoncer ce commentaire

    Y'as qu'a

    Les centrales qui posent problèmes sont les anciennes,à force de retarder leur remplacement par des neuves mieux conçue et mieux sécurisée,on se retrouve avec des centrales obsolètes,pour le reste,les économies d'énergie commence par soit-même.les éclairage publique ne sont pas indispensable,que les collectivité montre l'exemple aussi.

  • Albert le 16.03.2011 01:12 Report dénoncer ce commentaire

    Arrêtons de gaspiller

    Les Suisses consomment en moyenne 6000 watts par jour dont les deux tiers gaspillés inutilement. Nous savons aujourd'hui par exemple construire des maisons positives qui produisent de l'électricité au lieu d'en consommer pour le chauffage ou la climatisation alors pourquoi continuons-nous à gaspiller toute cette électricité (et tout ce pétrole) pour rien ?

  • Minga le 15.03.2011 17:52 Report dénoncer ce commentaire

    Faux débat

    Il est clair qu'il serait temps de faire preuve de sagesse et de renoncer au nucléaire. Ce qui me dérange dans cet article c'est qu'il réveille la peur des gens et non leur bon sens. Il ne faut pas se passer du nucléaire seul. parce qu'une centrale pourrait exploser mais parce qu'il génère en ce moment, chaque jour, depuis des décennies, des déchets ultra polluants, dangereux et indestructibles.

    • Ayame le 16.03.2011 11:30 Report dénoncer ce commentaire

      Effectivement ...

      Tu as tout à fait raison ... Je n'arrive toujours pas à comprendre que la Suisse, modèle dans plusieurs catégorie, ne puisse pas devenir un modèle écologique ?! J'espère que le Parlement renoncera à la construction de nouvelles centrales !

  • suisse au japon le 15.03.2011 17:04 Report dénoncer ce commentaire

    alors ca c est la question

    mainteant la question reel est comment eloingner 35 millions de presonnes????? mouais a cote 500000 c est une broutille non ?