Canton de Berne

08 mars 2011 11:21; Act: 08.03.2011 11:24 Print

Comptes 2010 bénéficiaires

Les comptes bernois bouclent sur un bénéfice plus haut que prévu. L'excédent s'élève à 165 millions de francs.

Une faute?

Le canton de Berne boucle ses comptes 2010 sur un bénéfice plus élevé que prévu malgré les effets de la crise. L'excédent s'élève à 165 millions de francs, contre 5 millions budgétés. Les perspectives financières restent toutefois sombres dès 2012.

Pour prévenir tout nouvel endettement, le Conseil-exécutif bernois avait arrêté des mesures d'allégement de 230 millions de francs pour le budget 2010. Grâce à ces efforts, les comptes annuels affichent un solde positif avec des charges de quelque 9,7 milliards de francs et des produits de 10 milliards.

Le compte de fonctionnement présente ainsi un excédent de 304 millions de francs. Cela représente près de 180 millions de plus que les chiffres inscrits au budget, indique mardi un communiqué du canton. En outre, les investissements nets s'élèvent à 591 millions alors qu'ils étaient budgétés à 696 millions de francs.

L'excédent de financement se monte ainsi à 165 millions de francs contre 5 millions prévus au budget. De cette somme, le gouvernement entend investir 137 millions pour financer l'achat et le réaménagement de deux bâtiments des CFF destinés à l'Université de Berne.

Recul des rentrées fiscales

La crise économique de l'automne 2008 a changé les perspectives de la politique financière du canton. Celui-ci a dû à plusieurs reprises revoir à la baisse l'estimation de ses rentrées fiscales.

Les hypothèses pessimistes se sont confirmées en 2010. Les rentrées fiscales accusent un recul de 67 millions de francs par rapport au budget.

Sombres perspectives

Malgré le résultat positif des comptes, l'avenir s'annonce «extrêmement sombre à partir de 2012», indique le canton. Il table sur des déficits et des insuffisances de financement de l'ordre 400 millions de francs par an.

Ces prévisions moroses s'appuient principalement sur deux causes. Il y a d'abord le recul du produit de l'impôt à cause de la révision de la loi fiscale, soit 200 millions de francs par an. Ensuite s'ajoute la hausse des charges consécutives à la révision de la loi sur l'assurance-maladie et à la réorganisation du financement des soins, soit 300 millions de francs par an.

Coupes budgétaires

Le gouvernement cite en outre l'adoption par le peuple d'un projet sur l'imposition des véhicules routiers qui ampute les recettes fiscales de plus de 100 millions de francs. Enfin, il signale le risque de réduction des distributions de bénéfices de la Banque nationale suisse.

Un nouveau train de mesures d'économies est à l'étude. Le Conseil- exécutif prévoit des coupes budgétaires de l'ordre de 200 millions de francs. Vu l'ampleur des déficits redoutés, il sait qu'aucune «recette simple» n'en viendra à bout, le potentiel en la matière étant épuisé à ses yeux.

(ats)