Hefenhofen (TG)

07 juin 2018 16:12; Act: 07.06.2018 18:57 Print

Condamnée pour cruauté envers les animaux

Une proche de l'éleveur de Hefenhofen (TG), qui avait maltraité ses chevaux, n'a pas assez nourri cinq bêtes.

storybild

Selon l'accusée, les animaux sont tombés malades, raison pour laquelle ils étaient amaigris. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Une femme proche de l'éleveur de Hefenhofen (TG), soupçonné de maltraitance envers les animaux, a été reconnue coupable de cruauté envers des chevaux. Elle a été condamnée à une peine pécuniaire avec sursis et à une amende.

Le juge unique du tribunal de district de Mels (SG) a infligé à cette femme de 33 ans une peine pécuniaire avec sursis de 700 francs et une amende de 400 francs. Il lui reproche de ne pas avoir élevé plusieurs chevaux dans de bonnes conditions.

Cinq bêtes amaigries

Selon l'acte d'accusation, la prévenue n'a pas nourri suffisamment quatre chevaux et un poney et n'a pas assuré leur entretien. Les cinq animaux étaient très amaigris et malades. Ils ne disposaient pas d'assez de place et n'avaient pas de litières propres et sèches.

Trois des cinq bêtes en question appartenaient à l'éleveur de Hefenhofen chez qui des chevaux avaient été trouvés morts de faim. Elles avaient été saisies par le vétérinaire cantonal thurgovien.

Prévenue sans avocat

La prévenue s'est présentée à l'audience sans avocat. Elle a clamé son innocence. Elle n'a pas maltraité les chevaux. Les animaux sont tombés malades, raison pour laquelle ils étaient amaigris.

Le scandale de Hefenhofen a éclaté en août 2017. Des défenseurs des droits des animaux ont dénoncé les conditions de détention du bétail chez un éleveur. Des photos montraient des chevaux amaigris, voire abandonnés morts au sol.

Les 250 animaux (chevaux, porcs, boeufs, moutons et chèvres) ont été évacués de la ferme. l'éleveur a été placé à des fins d'assistance par le médecin cantonal et il s'est vu signifier une décision superprovisionnelle lui interdisant de détenir des animaux.

Plaintes

L'éleveur était connu des services vétérinaires du canton. Depuis des années, il s'opposait à toutes les décisions des autorités. L'office vétérinaire ne procédait à des contrôles qu'après les avoir annoncés préalablement à l'éleveur. Des plaintes ont été déposées contre le vétérinaire cantonal, son adjoint et le conseiller d'Etat Walter Schönholzer.

Le Ministère public n'a pas été autorisé à ouvrir une procédure contre le conseiller d'Etat. Le parlement cantonal s'y est opposé. La commission d'enquête indépendante mandatée par le gouvernement thurgovien a commencé ses travaux en janvier. Ses conclusions seront connues d'ici la fin de l'été, a indiqué à l'ats Hanspeter Uster, président de la commission.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Vlad le 07.06.2018 19:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Surcis

    Et de nouveau... Du surcis... Faudra vraiment qu'on songe à arrêter avec ce surcis.

  • Myala le 07.06.2018 20:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Maltraitance

    Incroyable tant dindulgence pour la maltraitance animale. A quand des condamnations dignes pour protéger les animaux.

  • Arene le 07.06.2018 19:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le combat continue

    Et maintenant on doit continuer à ouvrir lil pour nos amies les bêtes ne les laissons pas à leur triste sort

Les derniers commentaires

  • Astrid le 08.06.2018 21:13 Report dénoncer ce commentaire

    Honteux

    On se fou de la gueule de qui....? 1100fr c'est tout....il y a de quoi être révoltée...

  • Not injustice le 08.06.2018 08:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dégénérer d'humains

    Pourquoi prendre des animaux si c'est pour les négliger et les maltraiter les laisser crever de faim mais quel honte comment des sois disant humains peuvent faire cela !! Si on arrive plus à s'en occuper on appel le vétérinaire au lieu de les laisser mourrir. Et pour les condamnations c'est du pipi de chat sursis, 700 frs , c'est rien par rapport à la souffrance de ces pauvres bêtes qui ont rien demander. Faudrait voir un peu pour gravement alourdir ces peines c'est du grand n'importe quoi. ABE

  • Asdfghj le 08.06.2018 07:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quel dommage!!!

    Cest dommage, elle est pas assez puni. On devrait la maltraiter aussi.

  • Gerard Nonorgue le 08.06.2018 07:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Chevaux maltraités.

    Elle a sûrement économisé qq milliers de francs de nourriture et de vétérinaire pour se retrouver avec 700.-- d'amende avec sursis et 400.-- de frais... Ou comment faire une bonne affaire en se foutant du monde et surtout des animaux concernés. Et on appelle ça de la justice?

  • Jean Hemardch le 08.06.2018 07:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    1100.-?!

    La justice suisse est une blague! On peut s'en tirer à bon compte pour tout SAUF si on roule trop vite...