Banques

23 juin 2017 08:38; Act: 23.06.2017 23:07 Print

Credit Suisse a laissé filer sa marque SKA

par Pascal Schmuck, Zurich - Schweizer Kreditanstalt (SKA) et ses bonnets mythiques ont marqué des milliers de Suisses. La marque pourrait bientôt renaître, après avoir été délaissée par Credit Suisse.

storybild

Que ceux qui n'avaient pas leur bonnet SKA à la fin des années 70 se lèvent... (Photo: Keystone)

Une faute?

SKA, ou trois lettres que ceux qui ont moins de trente ans ne peuvent connaître. Mais qui font revivre des souvenirs à tous les autres, comme cette année 1977 lorsque la banque Schweizer Kreditanstalt fait distribuer gratuitement en Suisse 800'000 bonnets acryliques aux larges bandes rouges, bleues et blanches.

Succès immédiat et l'établissement, qui allait simplifier en 1996 son nom en Credit Suisse, marquait l'imaginaire de milliers d'Helvètes. Et voilà qu'en 2017, la banque se fait souffler la marque par un entrepreneur zurichois, comme le raconte la Handelszeitung.

SKA va revivre

Fischer & Co Beteiligungen basée à Erlenbach (ZH) s'est en effet assuré les droits mais aussi le logo et l'abréviation SKA dès le 1er juin. Des droits qui étaient libres depuis 2014. Le nom Schweizer Kreditanstalt est également protégé.

Derrière Fischer & Co se cache Schweizer Kredit AG, un institut actif dans le petit crédit. Son directeur Chris Moos a expliqué au Tages-Anzeiger sa démarche, qui consiste à s'assurer dans les cinq prochaines années une part de marché de 10% en Suisse.

L'entreprise prévoit dans un avenir proche de se rebaptiser... Schweizer Kreditanstalt AG ou SKA. Les premières étapes ont été couronnées de succès dans le registre du commerce et si tout va bien, la marque SKA pourrait donc revoir le jour en Suisse.

Surprise au Credit Suisse

Une nouvelle qui a surpris Credit Suisse. «Nous étudions les origines de l'enregistrement de la marque afin d'éviter toute confusion», a déclaré un porte-parole. Un recours contre les nouveaux détenteurs du nom n'est pas exclu.

La demande de Fischer & Co auprès de l'Institut Fédéral de la Propriété Intellectuelle (IPI) est encore pendante. Les chances du Credit Suisse de s'y opposer sont toutefois considérées comme faibles puisque l'établissement a laissé sa marque en déshérence depuis 2014.

Et si le «vintage» bancaire intéresse encore d'autres personnes, qu'elles sachent que Credit Suisse a également laissé tomber la protection d'un autre nom. Celui de Banque populaire suisse (BPS), un institut racheté en 1993 au moment de la crise immobilière qui allait mettre un terme à d'autres établissements historiques.

(nxp)