Les 300 plus riches de Suisse

05 décembre 2008 05:01; Act: 04.12.2008 16:11 Print

Crise oblige, leur fortune a fondu de 70 milliards

La crise n'épargne pas les 300 personnes ou familles les plus riches de Suisse.

Sur ce sujet
Une faute?

Elles ont vu leur fortune cumulée fondre de 13% ou 70 milliards à 459 milliards de francs cette année, selon un classement de «Bilan» emmené par le Suédois Ingvar Kamprad, fondateur d'Ikea.

Avec un bas de laine se montant en moyenne à 1,53 milliard de francs, les plus riches peuvent toutefois encore se payer le luxe de voir venir. Les pertes subies en un an s'expliquent notamment par la chute des marchés boursiers, même si le plus souvent elles ne sont même pas réalisées.

Pas loin du PIB

Les dix personnes ou familles ayant le plus perdu présentent ainsi une moins-value de 28,5 milliards de francs. Parmi elles, on trouve la famille Latsis (banques), Klaus-Michael Kühne (transport) et Thomas Schmidheiny (Holcim), avec -4 milliards envolés en bourse pour la première et -3 milliards pour les deux autres.

Avec une fortune globale de 459 milliards de francs, les 300 plus riches de Suisse, comme les appelle le magazine économique «Bilan» à paraître vendredi, ne sont pas loin de totaliser l'équivalent du produit intérieur brut (PIB) du pays l'an dernier (un peu plus de 512 milliards).

Ingvar Kamprad devant

Le trio de tête reste inchangé. La première place revient à Ingvar Kamprad, 82 ans, et ses trois fils, avec une somme stable de 35-36 milliards de francs. L'industriel, établi dans le canton de Vaud, l'emporte pour la septième fois de suite. Sa société de meubles compte 565 millions de clients et 253 filiales dans le monde.

La deuxième marche est occupée par les familles bâloises Hoffmann et Oeri (groupe pharmaceutique Roche), avec une fortune en recul de 2 milliards à 16-17 milliards de francs. Quant à la famille Brenninkmeijer (magasins d'habits C&A), elle apparaît toujours au troisième rang avec 12-13 milliards (-3 milliards).

Roger Federer arrive

Immédiatement derrière, on trouve le milliardaire russe Viktor Vekselberg, actionnaire majoritaire d'OC Oerlikon et de référence de Sulzer, avec 11-12 milliards de francs (-3 milliards). La famille Bertarelli, anciennement propriétaire de la biotech Serono, figure au cinquième place, avec 10-11 milliards (-2 milliards).

Le classement comprend cette année 18 nouveaux noms. Le plus en vue est celui de Roger Federer qui affiche une fortune comprise entre 100 et 200 millions de francs. Le joueur de tennis bâlois, no 2 mondial, rejoint dans cette tranche son compatriote et ancien président de l'UBS Marcel Ospel.

Présence russe

L'ancien ambassadeur de Suisse en Chine, Uli Sigg, rejoint également le club, avec une fortune oscillant entre 200 et 300 millions de francs. Ce collectionneur d'art reconnu s'est enrichi à hauteur de 200 millions grâce à la vente d'une société de technique médicale.

L'installation en Suisse de super riches russes s'est par ailleurs poursuivi. Le dernier arrivé, avec un pécule de 3-4 milliards de francs, est Gennadi Timtschenko, qui contrôle la société genevoise Gunvor, troisième plus grand négociant en pétrole au monde.

(ats)