Suisse

03 octobre 2013 08:07; Act: 03.10.2013 09:59 Print

Croyants moins accros à la drogue que les athées

Les jeunes hommes suisses qui se décrivent comme croyants sont moins nombreux à consommer du tabac, du cannabis ou de l'ecstasy que les jeunes gens du même âge qui se déclarent athées.

Une faute?

La foi est un facteur de protection contre les comportements addictifs; telle est la découverte d'une étude soutenue par le Fonds national suisse (FNS). Selon Karl Marx, la religion est «l'opium du peuple». Comme l'indiquent les nouveaux résultats d'une enquête, elle semble pourtant dissuader certaines personnes de la consommation de drogues. Des chercheurs regroupés autour de Gerhard Gmel du Centre hospitalier universitaire vaudois à Lausanne ont démontré dans la revue spécialisée «Substance use & misuse» (*) que les jeunes hommes croyants ont moins recours à des substances addictives que les personnes du même âge athées ou agnostiques.

Jeunes adultes convoqués aux centres de recrutement de l'armée Gerhard Gmel et ses collègues ont sélectionné des hommes de juste vingt ans vivant en Suisse et convoqués aux centres de recrutement de l'armée à Lausanne, à Windisch et à Mels entre août 2010 et novembre 2011 afin de les interroger sur leur consommation de substances addictives. Les chercheurs ont évalué les questionnaires des 5387 jeunes hommes puis ont classé les sondés en cinq groupes sur la base des réponses obtenues. Les «croyants», qui croient en Dieu et qui sont pratiquants, les «spirituels», qui croient en une puissance supérieure mais qui ne pratiquent aucune religion, les «incertains», qui ne savent pas quoi penser par rapport à Dieu, les «agnostiques», qui partent du principe que personne ne peut savoir si Dieu existe, et enfin les «athées», qui ne croient pas en Dieu.

Les chercheurs ont établi que ces groupes avaient des rapports différents avec les substances addictives. Sur les 543 jeunes hommes croyants, 30 pour cent fument quotidiennement des cigarettes, 20 pour cent fument du cannabis plus d'une fois par semaine et moins de 1 pour cent a consommé de l'ecstasy ou de la cocaïne au cours de l'année précédente. En revanche, sur les 1650 jeunes hommes athées, 51 pour cent fument quotidiennement, 36 pour cent fument du cannabis plus d'une fois par semaine, tandis que 6 et 5 pour cent d'entre eux ont consommé respectivement de l'ecstasy ou de la cocaïne au cours de l'année précédente. Les trois autres groupes positionnés entre les extrêmes se situent dans la moyenne, tant de par leurs considérations religieuses que de leur consommation de substances addictives.

Influence protectrice

Pour Gerhard Gmel, ces chiffres sont la preuve que, pour avancer dans la recherche sur les comportements addictifs, il vaut la peine d'identifier non seulement les facteurs de risque mais également les facteurs de protection. Comme le montrent les chiffres de son étude, le fait d'être croyant est l'un des facteurs ayant une influence protectrice sur la consommation de substances addictives. Il reste encore à déterminer si la différence entre les deux groupes est à imputer aux préceptes moraux des individus ou au contrôle social de leur environnement.

(*) Gerhard Gmel, Meichun Mohler-Kuo, Petra Dermota, Jacques Gaume, Nicolas Bertholet, Jean-Bernard Daeppen and Joseph Studer (2013). Religion Is Good, Belief Is Better: Religion, Religiosity, and Substance Use Among Young Swiss Men. Substance Use & Misuse online. doi: 10.3109/10826084.2013.799017 (disponible au format PDF auprès du FNS, uniquement pour les représentants des médias ; e-mail: com@snf.ch)

L'étude de cohorte C-SURF

En comparaison européenne, les jeunes et les jeunes adultes vivant en Suisse ont une consommation de substances addictives supérieure à la moyenne. L'étude de cohorte C-SURF (Cohort Study on Substance Use Risk Factors) vise à identifier les causes et les possibilités de prévention. Financée par le Fonds national suisse (FNS) et dirigée par le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) et l'Institut de médecine sociale et préventive de l'Université de Zurich (ISPM), C-SURF porte sur des jeunes hommes pendant une période d'au moins dix ans.

(ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Anonymousse le 03.10.2013 10:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et alors ??

    Être athée est la meilleure chose qui me soit arrivé !!

  • nawak le 03.10.2013 11:08 Report dénoncer ce commentaire

    FALLACIEUX!

    La religion et la foi ont fait bien plus de morts en leur nom que la drogue. Regardez autour de vous, dans le monde! Dire que la foi est un facteur de protection n'a pas de sens si on parle d'une religion qui fait boire de l'alcool à ses pélerins ou d'une religion qui oblige à jeûner durant la grossesse. C'est ridicule et fallacieux. La drogue n'est certes pas une bonne chose, mais il faut user de vrais arguments. Les pauvres se droguent plus que les riches, alors il faut donner de l'argent aux pauvres?

  • Lulu Mimi le 03.10.2013 12:53 Report dénoncer ce commentaire

    Pas d'accord

    Une religion est une drogue....ça te retourne la tête grave

Les derniers commentaires

  • Paul Morant le 04.10.2013 14:48 Report dénoncer ce commentaire

    de la science ?

    J'aimerais beaucoup rencontrer les scientifiques a la base de cette étude. Vous pensez faire avancer l'humanité comme ça ? Avec des articles à prétention scientifique mais qui n'ont pas une once de science ?

  • Julien BArro le 04.10.2013 10:15 Report dénoncer ce commentaire

    vive la liberté

    putain ce qu'ils ont l'air bornés vos lecteurs! enfin pas tres etonnant pour un journal redigé en 20 minutes..

  • Sisi le 03.10.2013 20:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ni dieu, ni drogue

    Mais c'est important, même essentiel de se soumettre aux volontés de son ami imaginaire!

  • Blerim le 03.10.2013 19:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pensez-y

    Trouve plutôt se qui nous rapproche et sur quoi nous sommes daccord plutôt de ce qui nous sépare. Que tu sois croyant ou athée pour bien vivre enssemble faut déjà être un bon hummaniste. Ne juge pas les autres si tu ne veut pas qu'on te juge. Le pardon seras pour ceux qui réflechissent et non pour ceux qui se plaignent, se revendique meilleur ou ne respectent pas son prochain. PS: manger tous les jours de la gastronomie et ne rien donner au pauvre est tout aussi grave que de prendre de la drogue.

  • Athée qui fume pas mais qui rigole le 03.10.2013 14:11 Report dénoncer ce commentaire

    Indispensable !!!!

    Et les Charcutiers moins accro au petits pois carottes que les Traders. Il faut noter que les planteurs de tomates bleues urinent moins à coter de la cuvette que les fabricants d'échelles à monter les blancs en neige... Ça a couté cher cette étude ?????