Violence conjugale

31 octobre 2010 11:19; Act: 31.10.2010 11:26 Print

Dans un cas sur cinq, c’est l’homme qui trinque

Contrairement à une opinion courante, la violence féminine contre les hommes est bien plus répandue qu’on ne le croyait. 20% d’hommes en sont victimes, selon une étude qui vient de paraître.

storybild

La violence féminine continue à être un tabou en Suisse. (Photo: Keystone)

Une faute?

Se fondant pour la première fois sur des données fournies par les polices cantonales, l’Office fédéral de la statistique (OFS) s’est penché sur la violence conjugale en fonction du sexe des victimes. Les chiffres avancés pour 2009 sont alarmants et font apparaître une croissance significative de la violence des femmes à l’encontre des hommes.

15 hommes ont été victimes de tentatives de meurtre ou de meurtres prémédités sur 49 cas relevés au plan suisse. Ils sont 8 hommes sur 39 cas à avoir subi des lésions corporelles graves et 309 hommes, sur 1840 cas, ont subi des lésions corporelles légères. Pour résumer: 20% des cas de violence entre hommes et femmes, que ce soient des couples mariés ou des conjoints qui vivent en union libre, concernent le sexe dit fort. Mais ce chiffre pourrait être bien plus élevé, selon Oliver Hunziker, président d’une association alémanique qui encourage l’éducation responsable des mères et des pères (VeV), cité par «Der Sonntag». «La situation des hommes maltraités de nos jours ressemble à bien des égards à celle des femmes violées et abusées il y a une trentaine d’années. Ils doivent se battre contre les préjugés qui prévalent dans ce domaine et lutter contre l’ignorance générale du public et des autorités», constate le quatrième rapport sur la violence de la commission bernoise sur l’égalité.

Mario Cortesi, porte-parole de la police cantonale zurichoise, observe lui aussi une augmentation de la violence féminine. Celle-ci ne se limite plus à des morsures, des coups de pied ou des gifles. Selon Oliver Hunziker, on assiste maintenant à des «menaces, du mobbing et des actes d’humiliation». Le rapport de l’OFS relève même des cas d’agressions perpétrées avec des acides.

Les causes de cette flambée de violence féminine sont peu connues pour l’heure, peu d’études ayant été consacrées à ce sujet en Suisse. Pour le thérapeute de couple, Klaus Heer, une des pistes à examiner pourrait être que «les femmes agissent de plus en plus comme les hommes. Moins elles maîtrisent une situation de conflit, plus elles ont tendance à se réfugier dans des actes de violence gratuite».

(rga)

Les commentaires les plus populaires

  • Divorcé heureux le 31.10.2010 13:33 Report dénoncer ce commentaire

    Violence verbale

    Malheureusement l'homme répond à la violence verbale par la violence tout court.Une femme perfide vaincra toujours un homme bon ou mauvais,l'homme paiera dans tous les cas,pension,ne plus voir les enfants,etc. Vive le célibat.

  • Will le 02.11.2010 13:00 Report dénoncer ce commentaire

    La violence n'a pas de sexe

    La violence n'a pas de sexe ! D'autres études (USA - Royaume Uni - Canada) révèlèrent déjà, depuis 20 ans, que les femmes sont autant violentes que les hommes et même plus violentes. Mais les féministes radicales, sexistes, misandres mentent pour avoir des subsides... et pour...

  • c.soumi le 23.10.2014 16:54 Report dénoncer ce commentaire

    la femme le sexe fort

    ma femme est le sexe fort a la maison,je suis sa femme de menage sa bonne a tout faire . c'est elle qui pourte la culotte et la carte bleu. je sais que je suis plus faible qu'elle et j'obeit et je ne me plein pas,car si je me plein elle me fouete.il faut un dominant et un dominé.

Les derniers commentaires

  • c.soumi le 23.10.2014 16:54 Report dénoncer ce commentaire

    la femme le sexe fort

    ma femme est le sexe fort a la maison,je suis sa femme de menage sa bonne a tout faire . c'est elle qui pourte la culotte et la carte bleu. je sais que je suis plus faible qu'elle et j'obeit et je ne me plein pas,car si je me plein elle me fouete.il faut un dominant et un dominé.

  • Will le 02.11.2010 13:00 Report dénoncer ce commentaire

    La violence n'a pas de sexe

    La violence n'a pas de sexe ! D'autres études (USA - Royaume Uni - Canada) révèlèrent déjà, depuis 20 ans, que les femmes sont autant violentes que les hommes et même plus violentes. Mais les féministes radicales, sexistes, misandres mentent pour avoir des subsides... et pour...

  • C.Paduboulo le 31.10.2010 20:19 Report dénoncer ce commentaire

    Reiser, tu nous manques terriblement

    Reiser dixit: Quand un homme est con, il est con sur toute la ligne. Quand une femme est con, même très con, elle restera toujours maligne. C'est pour ça qu'un jour les hommes finiront par se faire avoir.

  • Morgarten le 31.10.2010 18:31 Report dénoncer ce commentaire

    Pas très nouveau

    On a toujours joué sur la fragilité des pauvres épouses maltraitées mais la mienne (je n'invente rien !) considére que la perversité féminine qui vise généralement à harceler sans cesse un mari pour tout et n'importe quoi, tient une part capitale dans les violences conjugales. C'est sournois, quotidien, et sans traces visibles, mais ça vous pousse n'importe quel mec normal à pêter les plombs !

    • tnt le 31.10.2010 19:41 Report dénoncer ce commentaire

      absolument...

      Rien à rajouter... Enfin si... J'ai été témoin dans mon entourage de femmes d'une extrême violence avec leur mari ou leur mec... Le mari lui ne répond pas parce que s'il rend, c'est lui qui passe pour le méchant et en plus il risque de faire des dégâts... Donc les gars, vous avez une femme violente ? Quittez là le plus vite possible ! Comme vous d'ailleurs mesdames, n'acceptez pas la violence !!!

  • Mark le 31.10.2010 16:57 Report dénoncer ce commentaire

    Ce que ne dit pas l'étude...

    ...c'est qu'ils aiment ça!

    • Manuela le 31.10.2010 18:56 Report dénoncer ce commentaire

      Oh oui, encore

      le fouet en cuir, sur leurs fesses blanches.. quel plaisir et ensuite ces cocos vont pleurer qu'on les maltraites!