Dépendances

08 juin 2011 09:51; Act: 08.06.2011 11:29 Print

De plus en plus d’accros du sexe

par Deborah Sutter/rga - Dans l’agglomération zurichoise, de plus en plus de personnes qui dépendent maladivement du sexe demandent de l’aide. Les thérapeutes enregistrent une augmentation de la demande.

Une faute?

Il n’y a pas que les stars de Hollywood qui se font soigner pour leur dépendance maladive au sexe. De plus en plus d’hommes de l’agglomération zurichoise souffrent de cette maladie qui peut être comparée à l’alcoolisme. Le sexologue Werner Huwiler, du Mannebüro de Zurich, constate que «le nombre d’hommes qui souffrent de cette pathologie dans notre groupe de travail a plus que doublé l’année dernière».

Les consultations individuelles sont également en forte augmentation, ce qui démontrerait que de plus en plus d’hommes prennent conscience de la gravité et des conséquences de leur dépendance. «Celle-ci peut se manifester de différentes façons », explique Huwiler. «Dans certains cas, le «malade» devient un client compulsif des bordels. Ou il ne cesse, des nuits entières et même pendant les heures de travail, de «consommer» de la pornographie sur internet». Les individus concernés proviennent de tous les milieux. Huwiler traite aussi bien des pères de famille que des managers ou des étudiants, selon «20 Minuten».

Rolf Rietman, un sexologue de Rapperswil (SG), s’occupe du site «liberty4you» destiné aux accros du sexe. Il constate également une forte augmentation des demandes d’aide: «Nous constatons que le phénomène touche surtout des professions qui n’ont pas un cadre de travail strict, comme les indépendants, les médecins et même des pasteurs». «A cause de leurs obsessions et phantasmes, ils perdent souvent leur job, leur famille et tout leur réseau social», constate ce spécialiste. La structure psychique des accros du sexe, ressemblerait, toutes proportions gardées, à celle d’un alcoolique et produirait une isolation croissante de l’individu qui en souffre, conclut Rolf Rietman.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Lector le 08.06.2011 17:58 Report dénoncer ce commentaire

    un peu de courage

    J'en suis sûr qu'une personne qui prend son pied en regardant un acte de fornication sur son écran, prendra encore plus son pied si il ou elle le faisait. D'où l'idée de mettre en relation les hommes et les femmes aux intérêts convergents. Et laisser les frigides et les anaphrodisiaques émettre des hypothèses qui n'ont pour but que calmer leurs interrogations personnelles.

  • Men@work le 08.06.2011 12:24 Report dénoncer ce commentaire

    Le pourquoi du comment ...

    L'article est intéressant, les commentaires y raletaifs n'apportent pas vraiment grand chose, mais il serait par contre très enrichissant de comprendre le motif de cette augmentation de la "consommation du sexe" ?... Et pourquoi dans les grandes villes ?... Ciao :-)

  • vanessa le 08.06.2011 16:54 Report dénoncer ce commentaire

    comment?

    je ne comprends pas comment on peur devenir accro au sexe...

Les derniers commentaires

  • Imcompréhension le 09.06.2011 00:57 Report dénoncer ce commentaire

    Ne pas confondre

    Ici on parle de personnes qui sont accro à l'orgasme, orgasme qui peut être motivé/aidé par la visualisation de filme pornographique à défaut d'avoir un partenaire désirant/euse disponible ou autre "déclencheur d'orgasme" Ce n'est pas les personnes dévêtus des clips/pubs ou la visualisation en masse de pornographie qui le fait devenir. Ce n'est pas qqch de nouveau mais seulement on "ose" en parler contrairement au temps où il n'y avait ni ordi ni télé... . Après le compréhension que porno=acteur, mé-/bienfait du porno, vidéos et photos dénudés, c'est un autre débat.

  • ladybug le 08.06.2011 19:39 Report dénoncer ce commentaire

    sexologue de bistros

    sérieux vos commentaires sont pathétiques. on parle de vrai dépendance, d'un homme ou d'une femme qui passe des heures devant des film x. a petite dose je ne vois pas de mal mais dépassé une certaine limite oui c'est une addiction et une pathologie qui fait souffir les gens qui en sont accro...

    • carldasteve le 09.06.2011 00:33 Report dénoncer ce commentaire

      pas tous dans le même panier

      Ils sont malades ? mais n'avez-vous pas l'impression qu'on fait des maladies de tout ? la sexualité des gens est complexe et évolue à une vitesse hors normes. La preuve en est que le porno ou les films X deviennent obsolètes... certains, voire bcp, cherchent des vidéos bien plus trash que du simple X. Qu'ils se fasse soigner pourquoi pas, mais seuls se font soigner ceux qui se sentent malades et qu'on laisse ceux qui sont en adéquation avec eux mêmes tranquilles, tant qu'ils respectent les lois. ça veut pas dire que nous sommes TOUS malades sous prétexte que le sexe procure du plaisir.

  • c.d.s. le 08.06.2011 19:15 Report dénoncer ce commentaire

    et oui...

    "One orgasm a day keeps the doctor away"

    • yesman le 08.06.2011 22:53 Report dénoncer ce commentaire

      Oh yes

      Yeah and one sprinkle a day do not keep the maid away

  • Emmi le 08.06.2011 18:55 Report dénoncer ce commentaire

    Consommation

    Tant mieux pour la prise de conscience et je suis curieuse de savoir en quoi consiste la "thérapie". Plus prosaïquement, notre société engendre la frustration afin de nous faire consommer toujours plus et rester en permanence dans un état de frénésie (acquérir, consommer, en vouloir toujours plus). Que cela se reflète également dans ce domaine n'est pas étonnant.

    • Vilain Canard le 09.06.2011 07:55 Report dénoncer ce commentaire

      Ode à la simplicité

      Bien vu Emmi. La solution ? Une ode à la simplicité (mais cela est utopique)

  • Old archibald le 08.06.2011 18:15 Report dénoncer ce commentaire

    A ct'heures 26 spécialistes

    Ouah! tous ces psychologues , ces sexologues, ces psychiatres, bref tous ces spécialistes qui s'expriment au travers de ces commentaires. N'importe quoi! Accro au sexe: c'est le gars qui baise machinalement, même pas pour se reproduire. Un sous-singe en quelque sorte.

    • c.d.s. le 08.06.2011 19:13 Report dénoncer ce commentaire

      Posez votre bible

      Et traiter les gens qui aiment le sexe de sous-singe en dit assez long sur le fait que la reflexion n'est effectivement pas votre fort. Il y a un monde au delà du bout de votre nez. tout comme le plaisir qu'on peut tirer du sexe, essayez d'autres choses, vous seriez peut-être surpris(e). Vous irez vous flageler après être passé au confessional si vous voudrez... et si vous étiez un peu plus ouvert vous sauriez qu'il n'y a pas QUE les "gars qui baise machinalement", il faut des femmes aussi. Blasphème... pardon mon Père.