Environnement

10 avril 2019 10:39; Act: 11.04.2019 07:31 Print

Déchets plastiques: la Suisse va s'engager

Berne va s'engager pour que les exportations de plastiques contaminés soient soumises à l'obligation d'annonce.

storybild

D'énormes quantités de déchets plastiques finissent dans les océans et sont avalés par les poissons ou les baleines. (Photo: Keystone)

Une faute?

Les exportations de plastiques contaminés devraient être soumises à l'obligation d'annonce. La Suisse s'engagera pour cela lors de d'une conférence à Genève. Cette dernière réunira du 29 avril au 10 mai prochain à Genève les Etats membres des trois conventions internationales visant à réduire les risques liés aux produits chimiques et aux déchets dangereux.

En vertu de la Convention de Bâle, les plastiques jugés dangereux sont déjà soumis à l'obligation d'annonce. La délégation suisse s'engagera pour que ce soit également le cas des plastiques souillés et non triés au préalable, indique mercredi le Conseil fédéral. Toute personne qui souhaite exporter de tels déchets devra informer le pays de destination et obtenir son accord.

La Suisse souhaite en outre qu'un mécanisme de contrôle semblable à celui qui existe pour la convention de Bâle, qui règle les déchets dangereux, soit instauré pour les conventions de Stockholm et Rotterdam. Ces dernières concernent respectivement les polluants organiques persistants et les produits chimiques et pesticides dangereux.

Nouvelles substances à éliminer

De plus, deux nouvelles substances devraient être inscrites sur la liste des substances à éliminer au niveau mondial: le dicofol, utilisé contre les acariens, et l'acide perfluorooctane, employé notamment dans la fabrication de revêtements.

La convention de Rotterdam s'appliquera à deux nouveaux pesticides, le phorate et l'acétochlore, ainsi qu'à hexabromocyclododécane, un agent ignifuge. Concrètement, cela signifie que leur exportation ne pourra se faire qu'avec l'accord préalable du pays récepteur.

(nxp/ats)