Carnaval de Schwyz

29 novembre 2019 10:25; Act: 30.11.2019 06:31 Print

Défiler en KKK n'est pas de la discrimination raciale

Le Ministère public schwyzois a estimé que les 12 personnes qui ont défilé en habits du Ku Klux Klan lors d'un carnaval n'ont pas outrepassé la liberté carnavalesque.

Une manifestation antiraciste avait été organisée à Schwyz après le défilé de douze personnes en habits du Ku Klux Klan au carnaval.
Sur ce sujet
Une faute?

Les douze personnes qui ont défilé en habits du Ku Klux Klan en mars au carnaval à Schwyz n'ont pas commis de discrimination raciale. Le Ministère public schwyzois les a condamnées par ordonnance pénale pour contravention contre les moeurs.

Le Ministère public a bouclé son enquête, a-t-il indiqué vendredi. Il en arrive à la conclusion que le fait de défiler en habit du KKK n'a pas outrepassé la liberté carnavalesque. Les douze personnes âgées de 18 à 30 ans n'ont pas cherché à rallier d'autres gens à la cause du KKK. Il condamne toutefois par ordonnance pénale les douze personnes à des amendes pour contravention contre les moeurs.

Les faits remontent au 4 mars, lors du «Güdelmontag», le lundi de carnaval. Une bonne douzaine de personnes ont paradé à Schwyz vêtues de la cape et de la cagoule pointue blanches de l'organisation suprémaciste américaine du Ku Klux Klan. Elles tenaient des flambeaux et arboraient le logo du KKK.

Manifestation antiraciste

Suite à cet événement, une manifestation antiraciste mise sur pied par l'alliance «Schwyz colorée» a donné lieu le 13 avril à de nouveaux incidents. Une banderole des organisateurs a notamment été dérobée et brûlée par des inconnus masqués faisant le salut nazi. La scène a été filmée. «Schwyz colorée» a porté plainte.

Pendant la manifestation antiraciste, un politicien UDC a attaqué un participant avec du spray au poivre. Vice-président d'une section locale de l'UDC schwyzoise, le jeune homme a décidé de quitter le parti. La décision a été prise en accord avec l'UDC.

Le Ku Klux Klan est aujourd'hui déstructuré aux Etats-Unis, mais il fait toujours des adeptes. Jusqu'à 8'000 individus s'en réclament, selon les estimations. Ils ont établi des contacts avec des groupes d'extrême droite à l'étranger. Les «chevaliers blancs européens de la croix enflammée» (European White Knights of the Burning Cross) sont considérés comme une ramification du KKK.

(nxp/ats)