Yémen

20 mars 2011 10:47; Act: 20.03.2011 16:18 Print

Démissions en cascade au Yémen

L'ambassadeur du Yémen à l'ONU a quitté ses fonctions pour protester contre la répression menée dans son pays. Il rejoint ainsi plusieurs ministres.

storybild

Les protestations se poursuivent au Yémen.

Sur ce sujet
Une faute?

L'ambassadeur du Yémen à l'ONU Abdallah al-Saïdi a démissionné pour protester contre la mort vendredi de 52 manifestants à Sanaa, dernière démission en date de responsables protestant contre le recours à la force par le régime contesté, selon une source officielle dimanche.
Le diplomate a démissionné «en signe de protestation contre l'usage de la force à l'encontre des manifestants à Sanaa», a précisé une source au ministère des Affaires étrangères.

Les manifestants ont accusé des partisans du président Saleh d'avoir tiré délibérément sur eux vendredi, faisant 52 morts et 126 blessés.

Une autre diplomate, Jamila Raja, pressentie pour être nommée ambassadrice au Maroc, a également indiqué à l'AFP avoir présenté sa démission pour protester contre la répression.

Plusieurs ministres, responsables et députés ont annoncé ces derniers jours leur démission pour protester contre l'usage excessif de la force contre les manifestants qui réclament le départ du président Ali Abdallah Saleh, au pouvoir depuis 32 ans.

La ministre des droits de l'Homme, Houda al-Baan, a annoncé dimanche sa démission du gouvernement et du parti du Congrès populaire général (CPG) pour protester contre «le massacre» de vendredi. Le sous-secrétaire du même ministère Ali Taysir a pris la même décision.

Le vice-ministre de la Jeunesse et des Sports Hached al-Ahmar et le ministre du Tourisme Nabil al-Faqih ont également démissionné.

En début de semaine, le ministre des Waqfs (biens religieux), Hammoud al-Hattar, avait annoncé sa démission pour protester contre la répression des contestataires.

En outre, 23 députés ont jusqu'à présent présenté leur démission du parti au pouvoir.

Le président du conseil d'administration de l'agence officielle SABA Nasser Taha Moustapha avait déjà démissionné vendredi .

(afp)