Sciences

20 septembre 2019 14:46; Act: 20.09.2019 15:20 Print

Des Suisses dans une expédition en Arctique

A bord d'un navire qui se laissera dériver durant un an, des chercheurs dont trois Suisses, ambitionnent de saisir l'influence du retrait de la banquise sur les systèmes météorologiques.

storybild

Des Suisses seront à bord du brise-glace de recherches allemand «Polarstern». (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Des Suisses seront à bord du brise-glace de recherches allemand «Polarstern», qui part ce vendredi soir de Tromsø, en Norvège. Le navire dérivera pendant un an à travers l'Arctique. Les recherches doivent permettre de mieux comprendre le réchauffement climatique.

Fortement touché par le réchauffement, le système climatique arctique n'est pas suffisamment compris par les scientifiques, alors même qu'il joue un rôle important pour le climat de tout l'hémisphère nord.

Afin d'étudier ce système, la plus grande expédition de l'Histoire a été organisée par l'Institut Alfred Wegener, ont indiqué vendredi les chercheurs dans un communiqué. Intitulée «Mosaic» (Multidisciplinary drifting Observatory for the Study of Arctic Climate), la mission aura lieu principalement durant l'hiver polaire, une saison durant laquelle les données collectées sont actuellement rares.

Dans un mois, le brise-glace s'amarrera à une grosse plaque de glace au nord de la Sibérie, avant d'être entièrement pris dans la banquise et de dériver pendant un an sur des centaines de kilomètres. Ce n'est qu'en été 2020 que la glace libérera le navire, probablement au nord-est du Groenland.

Quelque 600 scientifiques, venant de 19 pays, participent à cette expédition. La moitié d'entre eux ne sera sur le navire que temporairement. En effet, l'expédition «Mosaic» est divisée en six étapes: les chercheurs se relayeront à chaque étape, grâce à d'autres brise-glaces qui feront office de navettes.

Influences mutuelles

Parmi ces chercheurs, quelques-uns sont suisses. Julia Schmale (en photo ci-dessous, © Institut Paul Scherrer) spécialiste suisse de l'atmosphère à l'Institut Paul Scherrer, a pour projet d'étudier la formation des nuages à partir de noyaux de condensation naturels et artificiels (particules fines).

«Les émissions mondiales de gaz à effet de serre, mais aussi de particules fines, produites en Europe, en Asie et en Amérique du Nord ont un impact sur le changement climatique en Arctique», développe-t-elle. «L'augmentation de la température et le retrait de la banquise ont à leur tour des conséquences sur les systèmes météorologiques, notamment en Europe.»

Et Julia Schmale de poursuivre: «Il est important de comprendre comment nous influençons l'Arctique, et comment elle nous influence.»

A l'instar des nuages, la banquise et la neige sous-jacente freinent les échanges énergétiques entre l'atmosphère et l'océan, ce qui est aussi un facteur important du système climatique. Martin Schneebeli (en photo ci-dessous), de l'Institut fédéral de recherche sur la forêt, la neige et le paysage (WSL), dirige le deuxième projet suisse de l'expédition qui étudie ces interactions.

Micro-ondes émises par les glaces

Quant au projet de Mike Schwank, (à droite sur la photo ci-dessous) du même institut, il doit permettre de déterminer à l'avenir l'épaisseur et d'autres caractéristiques de la banquise. Le chercheur a développé un appareil qui mesure les micro-ondes émises par les glaces. Après avoir installé plusieurs de ces modèles autour du navire, l'équipe de recherche pourra comparer les résultats avec les mesures effectuées depuis les satellites.

«Ainsi, il devrait être possible d'observer les évolutions de la banquise arctique sous l'effet du changement climatique, même au coeur de la longue obscurité hivernale», précise Mike Schwank. Egalement de WSL, David Wagner étudiera lui le rôle de la neige dans la constitution et la fondaison de la banquise.

Ces différents travaux scientifiques suisses sont cofinancés par le Swiss Polar Institute. La Commission suisse pour la recherche polaire et de haute altitude y apporte une assistance morale. Scanco Medical ou l'Agence spatiale européenne sont aussi présents dans cette expédition, dont le budget s'élève à plus de 140 millions d'euros (153 millions de francs), d'après le site internet de «Mosaic».

Regardez le court film relatant la préparation nécessaire préalable à l'expédition:

Suivez l'expédition en direct ici.

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Dufuel le 20.09.2019 18:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bonnes vacances

    Question: le chauffage , l'électricité, les brises glace, tout ça fonctionne au thé menthe?

  • Legros le 20.09.2019 16:48 Report dénoncer ce commentaire

    Une belle promenade

    C'est fou ce qu'on arrive à lever comme fonds sur le dos du climat pour aller se promener à l'autre bout du monde.

  • joker le 20.09.2019 22:15 Report dénoncer ce commentaire

    écolos=pollueurs

    Sous prétexte de faire des études, les écolos se permettent de polluer la banquise. ;-(

Les derniers commentaires

  • Nul le 28.09.2019 11:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quoi

    Petits Suisses vous voulez prouver quoi

  • Baloo Laloo le 21.09.2019 11:31 Report dénoncer ce commentaire

    Gaïa Uber Alles

    Si la pollution cérébrale des pseudo scientifiques de ce forum était nocive pour notre planète, il y a fort à parier que nous serions déjà tous morts.

  • Gaz Naturel le 21.09.2019 09:51 Report dénoncer ce commentaire

    Mais quelle vulgarité!

    Certains commentaires dénotent une vulgarité et une bassesse d'argumentation qui les décrédibilisent totalement. Et que c'est drôle de rappeler à chaque fois qu'une étude est réalisée qu'il a fallu utiliser de l'énergie pour la réaliser. Ha ha ha. Personne ne parle de supprimer les transports ou le chauffage. Je ne suis pas écolo du tout, mais quand le débat tombe dans les fosses sceptiques ça donne envie de s'engager pour le biogaz...

  • Marie le 21.09.2019 08:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les gourous du climat

    Super, et ce rafiot fonctionne à l'énergie solaire peut-être? Ou c'est la greta qui va venir secouer ses tresses sur le pont cabine pour dénoncer les pingouins qui mangent trop de poissons? Et tous les croyants de la secte à du giec se préparent à entendre ce qu'ils savent déjà, la banquise fond, c'est tragique. Même si le Groenland était verdoyant et cultivable il y a quelques siècles ça n'a aucune influence sur leurs capacités d'analyses, totalement orientées ne pouvant souffrir aucune discussion. La vraie vérité c'est eux qui la détiennent qu'ils nous disent.

    • Patrick Martin le 21.09.2019 09:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Marie

      Comme toujours, il faut faire quelque chose pour le climat. Mais chacun à toujour sa petite excuse pour y déroger........

  • Jee-el le 21.09.2019 06:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    des recherches importantes !

    excellent ! toute recherche est intéressante. acquérir de la connaissance, c'est le principe de l'homme depuis toujours ! j'apprécie certaines expressions qui parle de "manque de données", de méconnaissance des systèmes, de recherche sur la compréhension des incidences (donc pour le moment, on est vraiment dans le flou ! merci, le GIEC pour vos affirmations !), cette personne parle des causes humaines comme ayant un impact, mais lequel et dans quelle mesure ? etc... Y aura-t-il de l'objectivité, enfin ?

    • Marie le 21.09.2019 08:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Jee-el

      Peut-être cherchent ils de vraies fondements pour justifier leurs foutaises. 30'000 scientifiques de part le monde remettent en cause les délires hallucinants du giec, qui met en place des models de prédiction pour justifier ses inepties. Et dire que ces pauvres jeunes manipulés de xr se basent sur ces prévisions pour justifier leurs manifestations. Nous sommes en face du plus gros mensonge collectif jamais perpétré, tout ça pour des objectifs politiques qui visent à déstabiliser le Moyen Orient. L'avertissement était donné par l'assassinat du journaliste saoudien...

    • O. Culiste le 21.09.2019 10:19 Report dénoncer ce commentaire

      @Marie myope mais pas muette

      Quand ça vient de vous évidemment, ça fait pas dans la dentelle: le plus gros mensonge collectif jamais réalisé! Rien que ça! Vous oubliez Copernic qui a failli se faire brûler pour avoir dit que la Terre tournait autour du soleil! Mais il n'y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Avez-vous essayé des lunettes?