Nouveauté

01 juin 2011 19:57; Act: 01.06.2011 20:11 Print

Des Suisses planchent sur l'ordi qui refroidit

Les ordinateurs du futur seront-ils le fait de chercheurs suisses? Des scientifiques se penchent sur un nouveau type d'ordis quantiques.

Une faute?

Des chercheurs suisses ont posé les bases théoriques pour mettre au point un ordinateur «quantique» ne dégageant plus de chaleur, contrairement aux PC actuels, mais qui serait capable de produire du froid, a annoncé mercredi à l'AFP un membre de l'équipe de recherche.

Les processeurs des ordinateurs, de plus en plus compacts, produisent parallèlement de plus en plus de chaleur. La hausse des températures dans ces pièces électroniques sensibles devrait bloquer d'ici à une dizaine d'années la poursuite de leur miniaturisation, explique Renato Renner, professeur de théorie physique à l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ).

«Le processus de miniaturisation des ordinateurs va buter à un moment donné sur des limites techniques», a-t-il précisé pour expliquer l'origine des recherches sur une technologie qui dégage moins de calories et, à terme, peut-être même du froid.

D'ici à 30 ans

Renato Renner et son équipe de chercheurs ont posé les jalons de ce procédé. «Il s'agit pour l'heure d'un travail purement théorique», mais d'ici à 30 ans de nouveaux ordinateurs plus puissants et «à refroidissement» pourraient être commercialisés, a-t-il ajouté.

Sur un ordinateur classique, les données sont en permanence effacées, un procédé dégageant de l'énergie. Mais, selon les physiciens de l'EPFZ, un PC capable de rendre l'effacement réversible ne produirait plus de chaleur et pourrait même dégager du froid, explique M. Renner.

De tels procédés ne sont cependant possibles que sur des calculateurs d'un nouveau genre, les «ordinateurs quantiques», beaucoup plus rapides que leurs homologues actuels.

Plus puissants

Alors que les ordinateurs requièrent plusieurs centaines d'atomes pour stocker un bit d'information, les ordinateurs quantiques seraient capables d'archiver une donnée par atome, les rendant beaucoup plus puissants.

De telles machines seraient en mesure de produire des processus réversibles ne dégageant plus de chaleur, insiste M. Renner.

L'étape suivante consiste à passer à la phase expérimentale, qui se déroulera à l'université de Singapour.

«Les entreprises (informatiques) sont a priori intéressées par cette technologie», car elle leur permettrait de commercialiser des ordinateurs beaucoup plus puissants, selon le professeur.

(afp)