Berne

22 juillet 2014 15:03; Act: 22.07.2014 15:34 Print

Des abris datant de 1940 sous la gare

La gare de Berne recèle des trésors: depuis 1940, des abris se cachent sous ses voies. Construites durant la 2e Guerre mondiale, ces galeries étaient destinées au personnel des CFF.

storybild

En 1940, ce site était parfait, bien enfoui sous terre, estime Ueli Linsi, ancien employé en charge de la visite guidée. (Photo: Keystone)

Une faute?

A l'occasion du rachat par le canton de Berne du siège principal de l'ex-régie, les CFF avaient invité le public à découvrir les entrailles de la gare.

A l'origine, les autorités avaient construit un bunker pour protéger les employés d'attaques au gaz ou aériennes, explique Ueli Linsi, ancien employé des CFF responsable d'une visite guidée à laquelle un journaliste de l'ats a participé. Un refuge avait aussi été créé pour ceux qui attendent le train.

Durant la Deuxième Guerre mondiale, le train était le moyen de transport le plus utilisé, rappelle-t-il. Il fallait donc le préserver. En 1940, ce site était parfait, bien enfoui sous terre, estime Ueli Linsi, aujourd'hui retraité.

Avenir incertain

Grâce au bunker, la direction générale des CFF avait directement accès à la dernière voie de la gare bernoise. En cas d'urgence, les employés pouvaient sauter dans un train. Les CFF disposaient également d'une salle des coffres où l'argent pouvait être déposé.

Aujourd'hui ces caves ne sont plus utilisées. Les bancs en bois, bureaux ou autres installations ont été enlevés, laissant place à un espace vide, froid et humide, orné de stalactites, dont les gouttes tombent sur les casques des visiteurs.

L'avenir de ces abris est incertain. Seule certitude: le canton de Berne prévoit l'extension de la gare. Ces espaces pourraient alors être utilisés pour la construction de deux voies supplémentaires, glisse un visiteur.

Accès direct de la Coupole?

La question de savoir si le Conseil fédéral dispose lui aussi d'un accès souterrain directement relié à la gare était également sur toutes les lèvres durant la visite. Le guide pense que non.

Mais selon un prospectus distribué par les CFF, ces galeries sont bordées par d'autres abris de la ville de Berne, ainsi que des couloirs reliés à des refuges militaires et civils. Grâce à ce système de tunnels, il serait donc possible d'évacuer les membres du gouvernement, des personnalités importantes ou encore des biens culturels par train, avancent-ils.

Pour des questions de sécurité, la Chancellerie fédérale ne donne pas d'informations sur les mesures de prévention ou de sécurité concernant les magistrats, a-t-elle indiqué à l'ats.

Une installation unique

D'autres gares disposent également d'abris de protection civile, mais ils sont plus récents et pas comparables au site d'évacuation dont dispose la capitale helvétique, explique le porte-parole des CFF Christian Ginsig.

Les liaisons ferroviaires jouaient un rôle stratégique durant les deux guerres mondiales. De nombreuses installations militaires ont par conséquent été construites le long des voies ferrées, explique-t-il.

(ats)