Genève

08 mai 2019 20:32; Act: 08.05.2019 20:33 Print

Des arbres et un timbre pour les 100 ans de l'OIT

L'Organisation internationale du travail (OIT) a fêté son centenaire avec le conseiller fédéral Ignazio Cassis et le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres.

storybild

Le timbre suisse a été présenté en grande pompe à Genève. Avec de gauche à droite le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, le conseiller fédéral Ignazio Cassis, le maire de Genève Sami Kanaan, le président du Conseil d'Etat Antonio Hodgers et le directeur général de l'OIT Guy Ryder. (Photo: Keystone)

Une faute?

Le conseiller fédéral Ignazio Cassis et le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres ont célébré à Genève les 100 ans de l'Organisation internationale du travail (OIT). Dix arbres ont été officialisés mercredi avant une cérémonie où la Suisse a dévoilé un timbre.

«Je suis sûr que les arbres seront toujours là dans 100 ans et que l'OIT y sera aussi», a affirmé le secrétaire général, sans préjuger en revanche de comment la société fonctionnera. Dix arbres offerts par la Suisse, le Canton de Genève et la Ville de Genève et qu'il devait symboliquement officialiser en ajoutant un peu de terre sur l'un d'entre eux.

Mais en raison de la météo, les truelles prévues pour M. Cassis, le président du gouvernement genevois Antonio Hodgers, le maire de Genève Sami Kanaan, le directeur général de l'OIT Guy Ryder et lui sont restés à l'abri.

Devant les chefs des agences onusiennes à Genève, M. Guterres a salué l'approche visionnaire de l'organisation qui rassemble Etats, patrons et syndicats. Un mécanisme tripartite qui est reflété sur un nouveau timbre suisse que le conseiller fédéral a dévoilé mercredi soir.

«L'OIT est le symbole que le multilatéralisme va au-delà des gouvernements» et doit désormais être embrassé par tous les acteurs d'une société, a ajouté M. Guterres deux jours avant le centenaire de la constitution du premier Conseil de cette institution. «Le dialogue social est une clé essentielle pour la gouvernance au niveau national et au niveau global».

Suisse ciblée par Maillard

Le secrétaire général a aussi relevé la capacité de l'OIT à anticiper les effets que les nouvelles technologies pourraient avoir sur le marché du travail. Genève est au centre de ces efforts, a relevé de son côté le conseiller fédéral. L'OIT, lancée à la sortie de la Première Guerre mondiale, «est le plus important héritage de la Société des Nations» établie en 1919, a encore estimé M. Cassis. Et de se féliciter du consensus social qui fait partie de l'identité de la Suisse.

Une importance que souhaite lui rappeler le nouveau président de l'Union syndicale suisse (USS) Pierre-Yves Maillard qui mentionne un «moment fort» pour son premier engagement dans un format international dans son mandat. «C'est l'occasion de répéter notre attachement à l'organisation et d'inviter la Suisse à en respecter les principes, y compris celui de la liberté syndicale» alors que ce n'est pas toujours le cas, a-t-il affirmé à Keystone-ATS.

Pour M. Ryder, les arbres de l'allée du Centenaire symbolisent «l'amitié et le partenariat qui se développe» avec les acteurs suisses et genevois. Mentionnant une organisation «plus que jamais» importante face aux attaques contre le multilatéralisme, M. Hodgers a lui salué les personnalités et les représentants d'Etats qui avaient il y a 100 ans «jeté les bases de la Genève internationale».

Le centenaire de l'OIT culminera en juin avec la Conférence du centenaire présidée par la Suisse. Des dizaines de chefs d'Etat et de gouvernement sont prévus.

(nxp/ats)