Berne

20 novembre 2008 22:53; Act: 20.11.2008 23:00 Print

Des coups de fil anonymes bloquent 1200 élèves

La police a reçu des menaces à 9 h 22 et à 10 h 14 jeudi. L’alerte a été levée en début d’après-midi.

Voir le diaporama en grand »

Une faute?

«La police peut empêcher un bain de sang», a annoncé un interlocuteur anonyme à la police jeudi matin. Des coups de fil, lancés depuis deux cabines téléphoniques publiques, ont provoqué un branle-bas de combat dans une école professionnelle bernoise. Au total, 1200 élèves et des dizaines d’enseignants se sont retrouvés bloqués, les uns à l’extérieur, les autres à l’intérieur du bâtiment. Les pompiers et des ambulances ont également été dépêchés sur place.

A l’arrivée des forces d’intervention, de nombreux élèves étaient en pause dehors et n’ont pu retourner à l’intérieur. Les personnes se trouvant dans le bâtiment ont, elles, été priées d’y rester et ont été fouillées. Les enquêteurs cherchaient des armes ou des explosifs.
Le dispositif a été levé vers 14 h 30 et les cours ont pu reprendre.

«Nous n’avons rien trouvé de suspect», a déclaré un porte-parole de la police bernoise, sans préciser la nature exacte de menaçes. Les auteurs des cette mauvaise blague font l’objet d’une plainte, a précisé la direction de l’établissement.

Cet établissement a déjà fait l’objet d’une alerte à la bombe l’an dernier, causant l’évacuation de 200 personnes. En décembre 2007, une école professionnelle de Thoune avait été fermée après la découvrte de graffitis menaçants. Enfin en avril, un élève de 20 ans armé d’un pistolet chargé avait été intercepté dans un gymnase lausannois.

(A.Meocci/phf/ats)