Berne

12 octobre 2018 13:40; Act: 12.10.2018 13:40 Print

Des données sensibles finissent dans la rue

Des documents comportant des informations confidentielles de clients d'un cabinet de conseil en assurance ont été retrouvés au bord de la route, mercredi à Berne. L'entreprise assure ne pas être responsable.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

F.M.* vit dans un village de l'Emmental (BE), souffre d'une pression artérielle élevée, son passeport est valable jusqu'en avril 2019 et son numéro de portable finit par 5. C'est ce qui ressort de données hautement sensibles et surtout personnelles qui ont été retrouvées dans la rue, mercredi à Berne.

«Je n'en ai pas cru mes yeux», s'indigne vendredi une lectrice alémanique de «20 Minuten». Ce qui la dérange, c'est que ces formulaires ont visiblement été déposés parmi les vieux papiers... à la vue de tous. Certaines pages isolées auraient même été emportées par le vent.

«Nous n'avons pas connaissance de cette affaire»

Un coup d'oeil sur les documents montre qu'ils proviennent d'un cabinet de conseil en assurance. Contactée, l'entreprise nie avoir jeté des données sensibles dans la rue: «Nous n'avons pas connaissance de cette affaire. Nous n'avons rien à voir avec tout ça.» La firme a néanmoins demandé qu'on lui fasse parvenir des «preuves» afin de pouvoir vérifier la situation.

S'il devait bel et bien s'agir d'une erreur commise par quelqu'un du cabinet, alors il s'agirait d'un cas isolé. «Une telle chose ne s'est encore jamais produite. Nous disposons d'un service interne qui assure que les données privées ne sont pas perdues et ne parviennent pas dans l'espace public.»

Cas isolé

Tobias Herren, avocat alémanique contacté par nos confères, explique: «Si les personnes concernées portent plainte, alors le cabinet risque d'être condamné et de devoir payer une amende.» Selon lui, il s'agit ici d'une violation du contrat liant l'entreprise aux clients tout comme d'une violation de la loi sur la protection des données et des droits de la personnalité.

Le cabinet ne doit en revanche pas craindre d'ennuis de la part du préposé fédéral à la protection des données. «Nous ne nous penchons pas sur les cas isolés.»

(cho/ofu)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Kev'n le 12.10.2018 13:55 Report dénoncer ce commentaire

    On sait pas mais ça n'arrive jamais

    Comment affirmer en même temps "Nous n'avons pas connaissance de cette affaire" et "Une telle chose ne s'est encore jamais produite"? C'est de la logique élémentaire... Ca c'est peut-être déjà passé à maintes reprises, mais vous ne le savez pas (ce qui est pourtant votre responsabilité: on délègue une tâche, pas sa responsabilité). Bref, aveu d'incompétence totale... LooooL

  • Eleonore le 12.10.2018 14:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    De qui se moque-t-on?

    Cest pas eux bien sûr, surtout mis dans des cartons et autres emballages de fournisseurs de produits bureautiques destinés aux entreprises. De qui se moque-t-on? Ce sera la faute de la femme de ménage bien sûr. Cest grave que de tels documents naient pas été détruits de manière adéquate et aient été déposés ainsi à la vue de tous.

  • DS le 12.10.2018 15:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ben voyons !

    On est en Suisse. Ça n'est pas grave çà. Tant que personne ne laisse traîner ces documents sur la banquette arrière d'une voiture en excès de vitesse ça ne risque rien ;-)

Les derniers commentaires

  • Jean Pahce le 12.10.2018 22:55 Report dénoncer ce commentaire

    Historiquement prouvé

    Et dire quil y a encore des personnes qui vont voter oui à la remise dun pouvoir dinquisition aux assureurs. Bonjour les histoires dabus, de délation et autre que lon trouve dans les pays totalitaires. 1940, lEspagne, le Portugal, la Pologne (maintenant) ont des périodes pendant lesquelles il ne faisait pas bon de vivre.

  • Zorgl le 12.10.2018 17:53 Report dénoncer ce commentaire

    Incroyable

    Larrogance de cette boîte incompétente laisse pantois. Pourquoi ne donnez-vous pas son nom? Ce genre de taudis doit absolument être poussé à la faillite. Vous verrez, si quelquun a ramassé des preuves ils oseront déposer plainte contre lui. C est à cela qu on les reconnaît comme disait Audiard.

  • Marisa le 12.10.2018 17:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Des marioles ces lutins

    Mais voyons... Vous saviez pas que cest des lutins qui on passé la nuit à faire du ménage dans leurs documents et mis ça dehors... vidéo gag moi je dis... Puis le secret professionnel, il est où là-dedans?! Scandaleux et honteux...

  • blip le 12.10.2018 16:07 Report dénoncer ce commentaire

    Ce n'est qu'un début

    Ce qui est incroyable, c'est que les sondages montrent qu'une majorité des Suisses sont d'accord pour que les assurances fouillent encore plus dans leur vie privée en les fliquant... Qu'ils ne viennent pas pleurer quand ces mêmes assurances leur refuseront des primes justement dues par contrat et par la loi, sur des motifs futiles relevant de la vie privée.

    • Jc la Preuve le 12.10.2018 17:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @blip

      Vous avez raison les suisse non rien compris aux prochaines votations jespère quils reviendront à la réalité la maladie et laccident est à la porte de chacun !!!

  • phil le 12.10.2018 15:57 Report dénoncer ce commentaire

    renseignements gratos

    Ces lieux de récupération de papier est un "bureau de renseignement gratos" pour qui veut bien et la chose n'est pas nouvelle....donc lorsque vous jeter vos docus faites en sortes que les choses soient illisibles..car des personne malintentionnées lisent les docus qui se trouve dans le récupérateurs de papier si cela est accessible...on a vu faire et c'est le premier endroit qui est fouillé......