Match FCZ-GC

04 octobre 2011 15:17; Act: 05.10.2011 14:48 Print

Des photos de hooligans dévoilées

La police étudie actuellement les images des caméras de surveillance du stade pour identifier les émeutiers du match entre le FC Zurich et Grasshopper dimanche.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Les débordements du Letzigrund durant le match entre FC Zürich et Grasshopper dimanche dernier devraient connaître rapidement des suites judiciaires. En effet, le stade est entièrement équipé de caméras de surveillance et les images devraient permettre aux autorités de rapidement identifier les fauteurs de trouble.

Sondage
Après les débordements du derby zurichois, êtes-vous pour ou contre la police dans les stades?
66 %
32 %
2 %
577 participants

Quarante émeutiers pourraient ainsi être rapidement identifiés. Des spécialistes passent actuellement au crible toutes les vidéos, comme l'indique mardi le «Tages-Anzeiger». La police espère également identifier des lanceurs de torches qui avaient agi masqués. Le «Blick» publie d’ailleurs, mardi, dans ses pages un cliché d’un lanceur de pétard à visage découvert.

Le procureur zurichois Edwin Lüscher, spécialiste des hooligans, compte ouvrir une enquête criminelle pour «mise en danger de la vie d’autrui»: «Une ou plusieurs personnes ont jeté des pétards tout à fait délibérément dans le groupe de fans de Grasshopper, déclare-t-il dans «Blick». Le fait que personne n’ait été blessé est miraculeux.» Les coupables risquent une peine maximale de cinq ans de prison.

La guerre entre supporters

La guerre entre les fans du FC Zurich et de Grasshopper a commencé en novembre 2007, relate «Blick». Des supporters de Grasshopper avaient volé des drapeaux et divers objets dans un dépôt des fans du FCZ. En réaction, ces derniers s’étaient introduits au domicile de l’organisateur présumé du vol et l’avaient enlevé. Une enquête de plusieurs semaines avait été lancée par le procureur, mais n’a jusqu’à présent débouché sur aucune mise en accusation. Selon «Blick», le camp des pro-GC se serait donc vengé dimanche dernier. Les drapeaux volés il y a quatre ans aux supporters du FCZ auraient ainsi été brandis dans les gradins du camp adverse au moment où le GC menait 2 à 1. Selon une source de «Blick», cette provocation aurait été «orchestrée». C’est à partir de cet événement que se sont ensuite enchaînés les heurts.

La «NZZ» révèle mardi sur son site internet que, sur les quatre personnes interpellées dimanche, un seul individu était encore en garde à vue lundi. Il s’agit d’un homme de 28 ans soupçonné d’agression. Le procureur du canton de Zurich, Andreas Eckert, doit décider mardi si sa détention provisoire est ordonnée. Les trois autres personnes interpellées ont été relâchées.

(leo)